En ce moment : KINGS & QUEENS - AVA MAX Ecouter la radio

Saint-Paër. Normandie : rencontre avec Sébastien Duramé, candidat de L'amour est dans le pré

Sébastien Duramé, agriculteur basé à Saint-Paër (Seine-Maritime), s'est confié à Tendance Ouest sur son expérience de candidat lors de la saison 11 de l'amour est dans le pré, dont un nouvel épisode sera diffusé ce lundi 3 octobre 2016 sur M6.

Saint-Paër. Normandie : rencontre avec Sébastien Duramé, candidat de L'amour est dans le pré
Sébastien Duramé se dit  satisfait de sa participation à l'émission. - Blaise Diagne

Tendance Ouest: Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Sébastien Duramé: "Je m'appelle Sébastien Duramé, j'ai 38 ans, je suis producteur laitier, et je gère une exploitation de 112 hectares où je pratique la polyculture et de l'élevage. Je vends aussi des sapins de Noël directement au client: ça marche bien, on vend des épicéas à 10 euros. Pour faire face à la crise agricole qui nous assomme depuis 2009, j'ai été obligé de me diversifier. On est deux associés sur l'exploitation. Je me suis installé depuis 12 ans, et c'est déjà ma seconde crise agricole. Je rembourse actuellement encore les pots cassés de la crise de 2009. C'est pour cette raison que je me suis diversifié vers la production laitière. Je songe d'ailleurs à ouvrir une ferme pédagogique pour les enfants".

Quel était votre objectif en participant à l'émission?

S.D.: "Mon objectif, c'était d'avoir le coup de foudre pour une des candidates. J'en ai déjà eu un dans ma vie, et même si ça m'a fait mal, je souhaitais en avoir un nouveau. Bon là, en l'occurrence, je n'en ai pas vraiment eu, on peut plus parler d'attirance. Pire, avec une des candidates que j'avais sélectionnée sur son courrier pour la voir en speed dating à Paris, il y a eu tromperie. Elle m'a avoué être là pour passer à la TV. La production avait de toute façon des soupçons sur la personne, et m'en avait fait part. Ils veulent bien sûr que les candidats soient le plus sincère possible. Naturellement, je ne l'ai pas retenue".

Comment vous êtes vous retrouvé à participer à l'émission?

S.D.: "Ma soeur m'a inscrit en septembre 2014. Le casting de l'émission était déjà bouclé pour cette saison, mais la boîte de production, Fremantle, m'a rappelée l'an passé, en mai 2015, pour savoir si j'étais toujours célibataire. C'était le cas. On a d'abord discuté au téléphone, puis ils sont venus ici une première fois pour me filmer pendant deux heures, en accord avec M6. Fremantle présélectionne une centaine de candidats comme moi par téléphone, et M6 choisit ensuite. Ça, c'était en juin-juillet 2015".

Quelle a été l'étape suivante?

S.D.: "Au début, malgré ce premier échange, je ne voulais pas aller plus loin, je n'étais pas à l'aise du tout devant les caméras et la dizaine de techniciens qui étaient présents en permanence. Puis bon, quand j'ai reçu le mail indiquant que j'étais retenu parmi les 14 candidats, je me suis dis pourquoi pas. C'est une émission que j'ai toujours bien aimé regarder. L'amour est dans le pré et Koh Lanta sont les deux seules émissions que je suis dans le genre "téléréalité".

Que s'est-il passé ensuite?

S.D.: "Ils sont revenus deux jours en septembre (2015, NDLR) pour tourner mon portrait. Le deuxième jour, Karine Lemarchand était là pour m'interviewer. Ces portraits ont été diffusés en janvier 2016, le 11 janvier pour moi. Durant 7 à 8 semaines, on a ensuite reçu du courrier, et les 1er et 2 mars, on s'est tous réunis avec les autres agriculteurs pour ouvrir nos courriers et dîner entre nous. J'étais parmi ceux qui en avaient reçu le plus. Après, tout est allé très vite: j'ai sélectionné 10 courriers, dont quelques coups de coeur via la photo et la façon dont la fille écrivait. Et le 19 mars, on s'est tous retrouvé dans une grande maison, près de la Tour Eiffel, à Paris, pour le speed dating. 10 minutes de conversation avec chacun, et un choix compliqué à faire".

Quelles ont été vos coups de coeur?

S.D.: "Il y en a eu deux surtout, celles que j'ai choisies: Alexandrine, une petite blonde de 24 ans, et Charlotte, une grande brune de 29 ans. Ce sont deux personnalités très différentes, opposées physiquement. Mais j'avais des points communs et des attirances avec les deux".

On est maintenant dans le coeur du programme, leur séjour chez vous. Comment cela s'est-il déroulé?

S.D.: "Elles sont venues début avril (2016, NDLR) pour six jours. Deux équipes de tournage étaient également là. J'ai réussi à m'y faire au bout d'un moment, mais c'était plus compliqué pour les filles. Les deux filles logeaient chez moi, j'avais aménagé mon logement pour l'occasion. Le but était de leur faire découvrir les métiers agricoles, mais pas non plus de les faire travailler à la ferme, hein! Donc le matin, c'était repos, et l'après-midi, elles venaient sur l'exploitation avec moi: elles ont inséminé des vaches, aidé à la traite, elles les ont nourries, elles ont planté des sapins… Les deux sont citadines, elles ont comme ça pu se rendre compte que c'était des métiers très techniques".

Et côté détente?

S.D.: "On a fait plusieurs soirées: une soirée poker, le premier soir, le jeudi. Le vendredi, on a fait une soirée TV et on en a profité pour discuter. On a aussi fait un restaurant et une balade à Etretat (Seine-Maritime) un après-midi, une soirée Karting avec des amis et de la famille le lundi… D'ailleurs, j'ai été déçu à ce sujet par le montage de l'émission. Ils ne diffusent pas tout ce qui est tourné évidemment, mais ils ont choisi de passer un moment où il est 11 heures du soir, je suis fatigué car je sors du travail et je venais en plus d'aménager la maison pour les filles. Je suis donc sur le canapé, et je baille. Il n'aurait pas dû passer ça! On n'a aucune prise sur le montage final. Pourtant, ça s'est bien passé avec l'équipe de tournage, l'un d'entre eux avait fait Koh Lanta, on discutait de ça entre deux prises".

Sébastien Duramé, que ressortez-vous de l'émission?

S.D.: "Hormis l'équipe technique donc, plutôt sympa, qui logeait dans un hôtel non loin, Karine Lemarchand a été aussi très sympa. C'est une personnalité atypique, elle est nature, elle ne joue pas un rôle. Elle est la même à la TV qu'en vrai, simple. Sinon, en ce qui concerne l'émission en elle-même, ça a été une bonne expérience. Je suis quelqu'un de réservé de nature, me retrouver dans ce contexte m'a fait mûrir. Le tournage en lui-même est fini depuis longtemps, je me suis rendu chez celle que j'ai choisie (l'entretien a été réalisé avant la diffusion du choix de Sébastien sur Charlotte, NDLR) fin avril, et on a tourné le bilan en juin. Mais depuis le début de la diffusion en juillet, ça n'arrête pas! Je me fais beaucoup démarcher par téléphone, des femmes déboulent à la ferme, je reçois du courrier… Je me fais draguer, c'est plaisant et pas désagréable, même si ça reste sans suite. Je n'ai pas encore eu le temps de répondre à tout le monde, mais ce sera fait! Pareil, sur Facebook, je reçois des centaines de messages. Ce n'est que des retours positifs, donc ça fait forcément plaisir".

 

A LIRE AUSSI.

 

 

 

La saison 11 de l'amour est dans le pré est à retrouvée tous les lundis à 21h sur M6 jusqu'au 17 octobre.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Saint-Paër. Normandie : rencontre avec Sébastien Duramé, candidat de L'amour est dans le pré