Calvados : voulant arrêter le cannabis , il le cultive

Calvados : voulant arrêter le cannabis , il le cultive

L'homme a été interpellé lors d'un contrôle de police.

Le
Par :

Un jeune homme âgé de 19 ans a comparu le mardi 7 mars 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados). Il lui est reproché détention, usage et conduite sous stupéfiants, ceci à Caen en novembre 2016.

Au rond-point de la porte d'Espagne, au sud de Caen (Calvados) dans l'après-midi du mercredi 30 novembre 2016, à l'occasion d'un contrôle routier, un jeune homme se révèle positif au dépistage de stupéfiants. Avant d'arrêter son véhicule, il suivait une Golf qui, pour sa part, refuse d'obtempérer et s'enfuit. Quelque minutes plus tard le conducteur de la Golf appelle son copain pour lui dire qu'il l'attend chez lui. S'en suivra une perquisition fructueuse.

Tout un matériel pour cultiver du cannabis

A son domicile les agents découvrent un matériel complet pour cultiver du cannabis que le jeune homme admet avoir acquis pour 600 euros (les graines ont été achetées sur internet). Déjà condamné pour trafic de stupéfiants, il explique que c'est la seule solution qu'il ait trouvée pour baisser sa consommation. En cultivant, il rencontre de moins en moins ses anciennes connaissances.

Il passe de dix joints à six joints quotidiens

Le président lui signifie ce qu'il en pense : "En conduisant sous stupéfiants vous êtes aussi dangereux qu'un poivrot au volant !" La procureure reconnait pour sa part que depuis sa dernière condamnation, où il a écopé de 3 mois de prison avec sursis et d'une obligation de soins, le prévenu a (un peu) avancé. "Nous lui avons accordé une certaine confiance pour éviter de le revoir en correctionnelle. Il faut lui reconnaître qu'il est passé d'une dizaine de joints quotidiens à seulement six ! De plus il a mis en place un parcours de soins. "

Six mois de prison avec sursis sont requis ainsi que des travaux d'intérêt général, une amende de 500 euros et 8 mois de suspension de permis. A l'appréciation de la cour de révoquer ou non son sursis.

"Révoquer son sursis serait exagéré"

L'avocat de la défense parle de l'entêtement de la jeunesse "Il faut quelques fois dire et redire et répéter... mais reconnaissons qu'il a fait des progrès. Il est suivi par un cabinet médical qui voit passer de nombreux jeunes en difficulté. Révoquer son sursis serait exagéré."

Le jeune écope de 6 mois de prison avec sursis assortis de 140 heures de travaux d'intérêt général à effectuer dans les 18 mois ainsi qu'une suspension de permis durant 8 mois. La plaidoirie de son avocat a été entendue car la révocation du sursis était possible mais le tribunal décide de laisser au prévenu une chance de réinsertion. Il lui est rappelé son obligation de soins.


1234
Participez au concours et remportez votre Petit Futé !
Participez au concours jeune reporter et tentez de gagner des cadeaux !
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques
A l'antenne

Tout l'or du monde avec Laure