Courtivore : du cinéma à la carte

Courtivore : du cinéma à la carte

Les bigorneaux a reçu le césar du meilleur court-métrage cette année.

Le
Par : Elodie Laval

Le mercredi 16 mai 2018, le festival du court-métrage de Rouen (Seine-Maritime) inaugure sa 18e édition à l'Ariel de Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime) : un évènement attendu.

L'association Le courtivore est à l'origine de ce festival de cinéma rouennais dont la première édition remonte à 2001. Du mercredi 16 mai au vendredi 8 juin 2018, le festival se déroule en trois actes à l'Ariel de Mont-Saint-Aignan puis s'achève en point d'orgue à l'Omnia à Rouen où seront à nouveau projetés les courts-métrages plébiscités par le public au cours des actes précédents. Elian Pirio, président de l'association, nous parle de cette nouvelle édition :

Comment est né ce festival ?

"À l'origine c'était une initiative d'une association étudiante. Nous avons d'ailleurs toujours dans notre équipe un des membres fondateurs : Laurent Geneslay, aujourd'hui trésorier de l'association. Au fil des ans, le festival s'est maintenu, a trouvé son public et a pris de plus en plus ampleur. Ses 12 organisateurs ne sont pas des spécialistes mais des passionnés de cinéma qui ont juste le désir de communiquer leur passion et de faire connaître le court-métrage sous toutes ses formes."

Qu'appelle-t-on un court-métrage ?

"C'est une question de format. Officiellement un court-métrage doit durer moins de 50 min. Entre 50 min et 1 h 10 c'est un moyen-métrage. Cependant, nous imposons une contrainte de temps. Les plus longs courts-métrages que nous présentons durent 20 min afin que nous puissions présenter au cours d'une seule soirée environs 8 courts-métrages sans dépasser deux heures de séances. Certains de nos courts-métrages ne durent pas plus de 3 minutes."

Comment avez-vous sélectionné ces films ?

"Nous sommes maintenant bien référencés et recevons beaucoup de candidatures chaque année entre septembre et janvier via une plateforme en ligne : Film fest plateforme. L'équipe visionne de très nombreux films sur cette plateforme mais nous prospectons aussi : nous sommes en contact avec des maisons de production et nous sommes allés cette année à la rencontre des réalisateurs au festival de courts-métrages de Clermont-Ferrand. Chaque membre de l'association défend son coup de cœur puis nous essayons d'équilibrer chaque soirée en privilégiant l'éclectisme. Cette année, nous avons reçu 1100 candidatures et nous avons retenu 24 films en compétition. Mais en tout, 56 films seront projetés puisque nous ajoutons à cela des projections thématiques et une sélection pour le jeune public."

Quelles sont les nouveautés de cette année ?

"Tous les films présentés sont inédits. Ce ne sont que des films de l'année et il y a aussi beaucoup de films étrangers. Cette année, 16 nationalités sont représentées. Depuis plusieurs années, nous étoffons la programmation en ajoutant entre les actes des projections thématiques et en investissant des lieux culturels autres que des salles de cinéma. Nous avons été invités par la galerie photo du pôle image pour présenter une sélection de films sur le thème de l'envol et nous avons aussi travaillé sur le thème de l'absurde en hommage à Marcel Duchamp au musée des beaux-arts, sur l'érotisme pour l'association Pix3L, et sur le choc des cultures pour l'Alliance Française. Chaque année, on investit de nouveau lieux avec cette programmation off avec pour idée de venir à la rencontre de nouveaux publics, de faire connaître d'avantage le court-métrage et le festival."

Pratique. Les 16, 23 et 30 mai à l'Ariel de Mont-Saint-Aignan et le 8 juin à l'Omnia. 4 à 5 €. courtivore.com


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques