A Caen, Marc Hariau partage son art dans la rue

A Caen, Marc Hariau partage son art dans la rue

Pour sa dernière création, Marc Hariau a imaginé des danseurs mélange d'or et d'argent "pour montrer que plus l'on se mélange, plus on est beau."

Le
Par : Marie-Charlotte Nouvellon

Street artiste à part entière, Marc Hariau vient d'installer en ce début de mois de septembre 2017 sa dernière oeuvre, "Le Tableau", le long de la quatre voies entre Caen (Calvados) et Ouistreham.

Vous l'avez peut-être aperçu le long de la quatre voies reliant Caen (Calvados) à Ouistreham. Ce tableau vert, semblable à ceux des maîtres d'école, a été installé début septembre par Marc Hariau, sur le garage d'un ami. L'artiste caennais vient y inscrire un mot différent chaque jour. Le but? "Aujourd'hui, on est entouré de pub, je voulais créer un espace sur le bord de la route où l'on pourrait écrire quelque chose d'intéressant, et pourquoi pas engager la conversation dans les voitures qui passent."

Après "anémomètre", pour coller à l'actualité de l'ouragan Irma, ou "turfu", du verlan de futur, "contester" a fait son apparition sur l'oeuvre en ce jour de manifestation, ce mardi 12 septembre 2017. Sur une page Facebook dédiée, Marc et sa femme Noémie postent ensuite une définition et un petit message.

De l'art participatif

Si initiative remporte son petit succès, Marc n'en est pas à son coup d'essai. Depuis quelques mois, il se fait remarquer en occupant des lieux insolites, souvent mal connus des Caennais. Il a par exemple installé une boule à facettes dans les anciens locaux de la SMN, imaginé Boulette, un mouton géant qui s'est installé sur les balcons du centre-ville ou encore positionné le temps d'un après-midi une marée de 14 000 petits poissons colorés derrière la bibliothèque Alexis de Tocqueville pour inviter les Caennais à venir les pêcher.

Tous ces projets, Marc les mène à base d'objets de récup. "Je fouille, je trouve des choses et je me demande ensuite ce que je peux en faire", explique celui qui se décrit comme "très observateur" de son environnement. Et toujours ce même but "je veux que les gens participent, qu'ils s'approprient l'oeuvre." D'ailleurs, il le confesse, "quand j'étais petit, je ne voulais pas être artiste, mais inventeur: je veux créer une idée puis la partager."

Pratique. Exposition du 15 au 28 septembre à la galerie IGDA 2.0.

Galerie photos


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques