Tendance Ouest

Seine-Maritime : Pascal Martin, président du Département, fustige le désengagement de l'Etat Actu

Le président du Département Pascal Martin entend par cette campagne de communication réaffirmer le rôle prééminent de l'institution départementale
© Tendance Ouest

Seine-Maritime : Pascal Martin, président du Département, fustige le désengagement de l'Etat

22h05 - 14 septembre 2016

A l'occasion de sa dernière réunion du 22 juin 2016, l'Assemblée des départements de France (ADF) a décidé de lancer une campagne d'envergure nationale visant à dénoncer le désengagement de l’État, d'un point de vue budgétaire notamment, auprès des départements et de leurs prérogatives locales. Le président du Département de Seine-Maritime Pascal Martin s'est exprimé mercredi 14 septembre 2016 pour expliquer les tenants et aboutissants de cette opération.

A partir de ce jeudi 15 septembre 2016, et durant toute la semaine prochaine, une vaste campagne de communication va être lancée auprès des élus locaux, maires et présidents des intercommunalités, comme de l'ensemble des Seinomarins. Le président (UDI) du Département de Seine-Maritime Pascal Martin a sifflé le coup d'envoi de cette campagne protéiforme, qui va se décliner sur affiches, flyers, courriers aux élus locaux et réseaux sociaux. Le contenu comme le matériel seront intégralement fournis par l'Assemblée des Départements de France (ADF) ; les 102 départements concernés pourront simplement apposer leur logo propre à celui de l'ADF.

Une campagne de communication nationale et protéiforme

Ainsi, la dimension nationale de l'opération sera soulignée, afin de lui donner plus d'impact. Pascal Martin confirme d'ailleurs le caractère exceptionnel du dispositif : "Une campagne nationale de ce type, c'est une première pour l'ADF. Elle a en plus été décidée à l'unanimité, au-delà des clivages politiques ; cela démontre l'urgence d'un changement de paradigme." Cette situation, le président du Département la qualifie avec un certain sens de la formule "d'effet ciseau": tandis que les charges sociales augmentent pour des Départements ausquels l'Etat transfère de nombreuses compétences, le budget que l'Etat leur alloue stagne, voire diminue dans certains cas.
Résultat, "40 départements sur 102 seront dans le rouge au niveau budgétaire d'ici la fin de l'année en cours. Ce n'est pas notre cas, mais notre marge de manoeuvre reste limitée. Et ce ne sont pas les 10 millions d'euros du fonds de mobilisation alloué par l'Etat qui vont y changer quelque chose".

55 000 Seinomarins bénéficiaires du RSA

Cela apparaît même comme un pansement sur une jambe de bois, au vu des sommes en jeu. L'exemple du RSA, symptomatique, est à ce titre parlant. La prise en charge des quelque 55 000 bénéficiaires Seinomarins du RSA est en effet confiée au Département. En 2016, cela représente au total 230 millions d'euros, un chiffre en augmentation constante. Or l'Etat maintient sa participation financière à hauteur de 124 millions d'euros. Le coût de la prise en charge du Revenu de solidarité active sera donc de près de 110 millions cette année pour le Département, un record dont se serait bien passé son président.

Des élus locaux accueillis jeudi 15 septembre

L'Etat avait bien lancé un plan de renationalisation du RSA le semestre dernier, mais cette tentative avortée n'a pas convaincu l'ADF, qui a même évoqué à cette occasion un jeu de dupes. C'est en réaction à cela que l'ADF, lors de sa réunion du 22 juin dernier, a décidé de lancer la campagne de communication de cette semaine. Au-delà du RSA, c'est en effet l'équilibre budgétaire global des Départements qui se joue pour l'élu UDI, et par delà leur existence propre. En connaissance de cause, Pascal Martin plaide : "Le Département est un maillon de proximité essentiel entre la Région et les communes et intercommunalités, qui ne disposent pas forcèment de sa latitude d'action. Il faut donc lui donner les moyens de poursuivre sa mission privilégiée de service public présent au quotidien pour les citoyens. Pour cela, il importe de recentrer le budget opérationnel, et de sélectionner nos missions".
Ce changement de paradigme nécessitera du temps et ne pourra se passer d'une bonne communication auprès des élus locaux et des citoyens. Dans ce cadre, le siège départemental sis cours Clémenceau accueillera maires et présidents d'intercommunalité jeudi 15 septembre, jour du lancement officiel de la campagne de communication à destination des Seinomarins.

 

A LIRE AUSSI.

Réagir à l'article

Articles sur le même thème