En ce moment : LOVE UNDER PRESSURE - JAMES BLUNT Ecouter la radio

Réorganisation de l'hôpital : la pilule passe mal

La réorganisation envisagée par la direction de l'hôpital est jugée impensable par les syndicats. Ils ont décidé de rompre le dialogue.

Réorganisation de l'hôpital : la pilule passe mal
Célia Caradec

"Nous sommes au pied du mur, avec 20 millions d'euros de déficit cumulés dont 7 millions rien que pour l'an passé. Il sera bientôt impossible de réaliser des prêts bancaires" : telle est la situation financière de l'hôpital Pasteur, de Cherbourg, décrite par son directeur Maxime Morin.

Depuis fin 2012 la direction a entamé des négociations avec les agents de l'hôpital pour réorganiser l'établissement et réduire ce déficit. "L'audit réalisé l'an passé a dévoilé qu'à activité équivalente, dans des hôpitaux de même taille, il offre trop de capacité en lits et plus de personnel que nécessaire, qui s'ajoutent à une durée moyenne de séjour plus longue qu'ailleurs" poursuit le directeur.

M. Morin : "Le service public doit s'adapter"

Réorganisation de l'hôpital : la pilule passe mal

Pour un retour à l'équilibre espéré en 2016, l'établissement sera donc "réformé". Une réorganisation spatiale, tout d'abord, par plateaux de soin. Le premier axe, en 2014, sera le service "mère-enfant" : "le service de pédiatrie se situe en plein dans le bâtiment ancien, l'hémicycle. Nous allons le rapatrier dans le bâtiment neuf qui contient déjà la maternité et la néonatalogie".

Mais c'est la réorganisation du temps de travail qui fait grincer des dents l'intersyndicale, qui a décidé mercredi 22 mai de "boycotter" les réunions avec la direction : "dialogue social ou semblant de dialogue social, nous avons participé à toutes les instances, toutes les négociations sociales et malgré toutes nos demandes et remarques, rien n’a été pris en compte", indique-t-elle.

Rupture du dialogue entre syndicats et direction

Rallongement de la période de congés du 1er juin au 30 septembre, extension des services de 12 heures à 400 agents (contre une centaine aujourd'hui), temps de repas pris sur le temps de personnel et non plus sur le temps de travail, et fin des heures supplémentaires pour les cadres : des mesures qui, selon le directeur, permettront de diminuer les besoins en personnel de 50 à 60 postes.

L'intersyndicale (FO-CGT-CFDT-Unsa) a d'ores et déjà déposé un préavis de grève pour le 30 mai, et appelle à manifester à 14h30 devant l'hôpital.

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Réorganisation de l'hôpital : la pilule passe mal