Justine, tuée à 17 ans par un train à Audrieu : 50 000 € requis contre la SNCF

Mercredi 14 mars 2018, la Cour d'appel de Caen (Calvados) entendait à nouveau la SNCF mis en cause dans l'accident qui avait coûté la vie à une jeune fille de 17 ans en gare d'Audrieu en 2010.

Justine, tuée à 17 ans par un train à Audrieu : 50 000 € requis contre la SNCF

En juillet 2010, Justine, jeune Bayeusaine de 18 ans a été tuée par un train en gare d'Audrieu (Calvaodos). Sur place, une plaque rappelle le drame.

Par Marie-Charlotte Nouvellon

Les faits remontent au mois de juillet 2010. Alors qu'elle descend du train, en gare d'Audrieu (Calvados), où elle rejoint son petit ami pour une balade à vélo, Justine, 17 ans, est fauchée par un train. Alors qu'elle se trouvait sur un passage sécurisé, elle est broyée par une machine lancée à près de 150 km/h.

À cet endroit, ni tunnel ni feu tricolore : le passage est signalé par une pancarte.

    • Lire aussi : Fauchée en gare d'Audrieu, la SNCF relaxée : la mère de Justine fait appel

"En matière de sécurité, il n'y a aucune certitude"

De nouveau devant les juges de la Cour d'appel, la SNCF, relaxée en première instance, devait, mercredi 14 mars 2018, répondre devant les juges de sa responsabilité quant à la sécurisation des lieux. L'audition de ses représentants a été longue. Plusieurs heures de questions très détaillées, qui ont notamment permis d'établir que, selon la réglementation interne, des panneaux de signalisation manquaient à Audrieu.

Autre élément troublant : un projet d'installation de signalétique lumineuse, s'activant à l'approche des trains en gare, a été préparé en 2006 avant d'être finalement abandonné. "En matière de sécurité, il n'y a aucune certitude, s'est défendu à la barre Philippe Fevère, directeur régional de la SNCF Mobilité. Des morts sont aussi enregistrées dans des endroits équipés de ce type de dispositif."

"Si elle avait eu un feu clignotant, elle serait là aujourd'hui"

Mais pour Sandrine Colette, la maman de Justine, cela aurait pu tout changer. "Ma fille était très responsable et mature, elle a traversé sur un passage qui était là pour ça. Si elle avait eu un feu clignotant, elle serait là aujourd'hui. Maintenant, j'attends que ma fille soit reconnue victime des lieux : je ne cherche pas de l'argent, je veux une remise en question sur la sécurité."

0:00
0:00

Grâce à l'action de l'association Justine tu nous manques, une passerelle a depuis été installée en gare d'Audrieu.

    • Lire aussi. Audrieu : un an et demi après la mort de Justine, les travaux débutent

L'avocat général a requis 50 000 € contre la SNCF. La décision de la justice doit être rendue vendredi 27 avril 2018.

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES