Les coptes d'Egypte célèbrent Pâques dans la tristesse et la crainte

Les coptes d'Egypte célèbrent Pâques dans la tristesse et la crainte

Des coptes d'Egypte prient dans une église orthodoxe, le 14 avril 2017 au Caire © KHALED DESOUKI [AFP]

Le

Les coptes d'Egypte s'apprêtaient à célébrer samedi soir la messe de Pâques dans la crainte et la douleur après les attentats meurtriers qui ont frappé deux églises dimanche dernier.

L'Eglise a annoncé que les célébrations de Pâques se limiteraient à une simple messe "compte tenu des circonstances actuelles et de (sa) solidarité avec les familles des victimes".

Le gouvernement égyptien a instauré l'état d'urgence au lendemain des deux attentats suicide qui ont fait 45 morts et ont été revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Pour les coptes, les chrétiens d'Egypte, la fête de Pâques, avec celle de Noël, est la date la plus importante de leur calendrier.

Au Caire, le pape copte Tawadros II doit présider dans la cathédrale Saint-Marc une messe qui débutera samedi soir et se poursuivra jusque tard dans la nuit.

Là, comme dans d'autres églises, les fidèles devront subir des fouilles de sécurité.

"Les églises ne seront pas décorées et les lieux ordinairement réservés à l'accueil des fidèles souhaitant échanger leurs voeux resteront fermés", a déclaré à l'AFP un responsable du patriarcat copte.

Les attentats du dimanche des Rameaux ayant frappé deux églises à "Tanta et Alexandrie ont provoqué un grand choc, pour tous en Egypte", a déclaré Boulos Halim, porte-parole de l'Eglise copte.

Il a indiqué qu'à la place de l'échange traditionnel de voeux de dimanche matin, les fidèles se rendraient auprès des familles des victimes et des blessés.

'Inquiet'

"La joie de la résurrection nous aide à surmonter les sentiments de douleur", a ajouté Boulos Halim.

L'EI a menacé de multiplier les attaques contre la communauté chrétienne en Egypte.

Mais cela ne devrait pas empêcher les fidèles d'aller assister à la messe samedi soir, comme l'affirme John qui dit néanmoins se sentir plus en sécurité au Caire, pour cette occasion, qu'ailleurs dans le pays.

"En dehors du Caire, dans un village par exemple, je ne voudrais pas que ma famille aille (à la messe) et je serais inquiet", explique cet homme à l'AFP dans une église de la capitale, relativement sûre.

C'est dans l'un de ces villages, Koum el-Loufy, dans la province de Minya (sud) que des musulmans ont attaqué jeudi des chrétiens qui tentaient de célébrer leur rite dans un bâtiment abandonné, selon la police.

Alors que le village compte plusieurs mosquées, les chrétiens n'ont pas été autorisés à construire une seule église, souligne Ishak Ibrahim, un chercheur à Egyptian Initiative for Personal Rights.

"C'est probable qu'ils ne puissent pas non plus aller prier samedi", a-t-il dit à l'AFP.

"Il existe un climat général de persécution à l'encontre des coptes et malheureusement, l'Etat ne s'attaque pas à la cause du problème même s'il essaie d'éviter que la violence se répande", déplore-t-il.

Les dernières violences antichrétiennes en Egypte interviennent avant la première visite du pape catholique François en Egypte, maintenue les 28 et 29 avril malgré les attaques, selon un responsable du Vatican.

Les coptes, qui représentent environ 10% des 92 millions d'Egyptiens, ont été ciblés à plusieurs reprises au cours des derniers mois. En décembre, un kamikaze de l'EI s'était fait explosé dans une église du Caire, tuant 29 personnes.

Galerie photos


1234
Guide de l'été
Je suis Normand
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques