Tendance Ouest

Hauts-de-Rouen : quand handicapés psychiques et soignants habitent à deux pas les uns des autres Actu

Elus locaux et responsables du Rouvray inaugurent le centre de soins.
© Tendance Ouest

Hauts-de-Rouen : quand handicapés psychiques et soignants habitent à deux pas les uns des autres

20h14 - 23 septembre 2016 - par L.D

Le Centre Hospitalier du Rouvray a inauguré ce vendredi 23 septembre 2016, le centre de soins Germaine Tillion sur les Hauts de Rouen (Seine-Maritime). Une structure où les personnels viennent en aide à 18 patients souffrant d'un handicap psychique sévère et habitant dans des appartements thérapeutiques situés juste à côté.

Il est opérationnel depuis mars dernier mais n'a été inauguré que ce vendredi 23 septembre 2016. Le centre hospitalier du Rouvray, qui prend en charge les patients souffrant d'un handicap psychique, a ouvert au printemps dernier le centre de soins Germaine Tillion sur les Hauts de Rouen (Seine-Maritime).

Les patients habitent au-dessus des soignants

Pourquoi les Hauts de Rouen alors que l'hôpital se trouve à Sotteville ? Tout simplement car depuis janvier dernier, six appartements thérapeutiques situés dans ce quartier accueillent 18 patients atteints d'un syndrome psychique lourd. La psychiatre Sandra Guigueno, responsable du centre, explique l'intérêt de cette délocalisation : "Nous avons ouvert ici pour avoir avoir les appartements juste au-dessus du centre de soins. Le personnel soignant peut ainsi se déplacer pour aider les patients, qui souffrent d'une pathologie psychique lourde, dans l'acquisition de leur autonomie et ce dans le cadre d'une réintégration psycho-sociale".

Déjà des progrès pour les patients

En pratique, les personnels pourront donc se déplacer plus facilement pour voir leurs patients sans les faire attendre : "Il y a des visites hebdomadaires des médecins et quotidiennes pour les infirmières, ergothérapeutes et psychologues", souligne la responsable. Les patients, eux, seraient déjà comblés : "Ils sont ravis. On observe beaucoup de progrès dans l'acquisition d'autonomie, dans la relation à l'autre". Des progrès tels que le Rouvray envisage à l'avenir d'orienter certains patients vers ce type d'appartements plutôt que vers une maison d'accueil spécialisée.

A LIRE AUSSI.

Réagir à l'article

Articles sur le même thème