Tendance Ouest

La supérette fermière de Bretteville-sur-Odon se met au drive Actu

Sébastien Olivier, le patron de Goût et qualité à Bretteville-sur-Odon (Calvados).
© Tendance Ouest

La supérette fermière de Bretteville-sur-Odon se met au "drive"

16h49 - 16 septembre 2016

La supérette Goût et qualité, spécialisée dans les produits fermiers et locaux, lançait jeudi 15 septembre 2016 à Bretteville-sur-Odon (Calvados) son propre drive pour permettre à ses clients de faire leurs courses chez eux, par Internet.

Sébastien Olivier lançait il y a tout juste un an un concept nouveau, qui venait proposer aux clients de l'agglomération caennaise de retrouver dans son seul magasin des produits issus directement de producteurs fermiers ou locaux. Au cahier des charges, l'obligation de réaliser 50% de son chiffre d'affaires à partir des produits obtenus dans le réseau "Bienvenue à la ferme".

Les clients, ses meilleurs promoteurs

Ses produits, qu'il sélectionne lui-même auprès des producteurs, font mouche auprès des consommateurs. "Certains vont distribuer mes tracts à leurs voisins", s'amuse-t-il, lui qui prend encore le temps d'échanger avec sa clientèle. Sur place aussi, les consommateurs sont dithyrambiques : "depuis que je mange ces yaourts, je n'en mange plus nulle part ailleurs", lance l'un, comme tout droit sorti d'une publicité. "Moi, j'y ai retrouvé des goûts d'antan", renchérit un autre quelque temps plus tard, "et pour pas beaucoup plus cher. De toute façon, je préfère payer plus, mais manger mieux".

Tous les voyants au vert

Le premier bilan effectué par l'entrepreneur donne une idée du succès de son modèle économique : un chiffre d'affaires proche d'1,9 million d'euros, supérieur de 30% au prévisionnel établi au départ, huit salariés contre cinq lors du démarrage, un panier moyen passé de 26 à 33€... "Au début, mes clients testaient les produits. Aujourd'hui, ils ne viennent pas pour du dépannage : ils font leurs courses", constate Sébastien Olivier, qui a aussi augmenté de 60% son nombre de références.

La prochaine étape vient d'être franchie : ce jeudi 15 septembre 2016, il a créé son service "drive". Désormais, 80% des produits disponibles peuvent être achetés sur son site web, avant d'être retirés au minimum deux heures après sur place. "Je veux passer un cap", avoue l'ancien distributeur devenu commerçant, "et le drive va justement m'y aider". Fort de cette première année, il étudie avec ses partenaires "la possibilité de développer le concept, ailleurs en France". Un bon signe.

Réagir à l'article

Articles sur le même thème