USA: Monsanto sur le banc des accusés dans un procès visant le Roundup

Monsanto s'est retrouvé lundi sur le banc des accusés lors d'un procès à San Francisco qui devra établir si son herbicide Roundup est cancérigène et si le groupe américain a volontairement caché la dangerosité de ce produit élaboré à partir du glyphosate.

USA: Monsanto sur le banc des accusés dans un procès visant le Roundup

Dewayne Johnson, le plaignant, lors de l'ouverture du procès à San Francisco, le 09 juillet 2018 © JOSH EDELSON [POOL/AFP]

Par

Monsanto, qui vient d'être racheté par l'allemand Bayer et dont la raison sociale devrait bientôt disparaître, est visé par la plainte d'un particulier atteint d'un cancer en phase terminale après avoir vaporisé du Roundup pendant plusieurs années.

"Monsanto sait depuis 40 ans que les composants de base du Roundup peuvent provoquer des tumeurs chez des animaux de laboratoire", a affirmé au nom de l'accusation l'avocat Brent Wisner, au premier jour des audiences du procès à San Francisco (ouest).

Celui-ci doit se pencher sur la plainte de Dewayne Johnson, un Américain de 46 ans qui a vaporisé ce désherbant pendant plus de deux ans.

C'est le premier procès visant ce produit qui fait l'objet de centaines voire de milliers de procédures aux Etats-Unis. Officiellement ouvert mi-juin avec les procédures de désignation du jury, il est entré dans le vif du sujet lundi et devrait durer au moins trois semaines.

"Monsanto a utilisé tous les moyens à sa disposition pour effrayer les scientifiques et s'opposer aux chercheurs", a accusé Me Wisner en affirmant que Monsanto avait tout fait pour dissimuler le lien entre son produit et les risques de cancer.

Glyphosate

Vendu depuis plus de 40 ans, le Roundup, l'un des herbicides les plus utilisés au monde, contient du glyphosate, une substance très controversée et qui fait l'objet d'études scientifiques contradictoires quant à son caractère cancérigène.

Monsanto, qui risque des millions de dollars de dommages et intérêts dans ce seul dossier, a toujours fermement réfuté tout lien entre cancer et glyphosate.

Dewayne Johnson a été diagnostiqué il y a deux ans d'un lymphome non-hodgkinien, incurable, explique l'un de ses avocats David Dickens, du cabinet Miller, spécialisé dans la défense de particuliers s'estimant victimes de produits défectueux.

"Ce n'est pas la faute à pas de chance", ce n'est pas dû à un problème "génétique", "c'est à cause de son exposition continue au Roundup et au Ranger Pro" (produit similaire de Monsanto), qu'il a vaporisés entre 2012 et 2014 sur des terrains scolaires de la ville de Benicia, en Californie (ouest), assure Me Dickens.

Me Wisner a, lui, affirmé lundi que M. Johnson s'était entendu dire à propos du Roundup "qu'il pouvait le boire, qu'il n'était absolument pas toxique" mais qu'il avait néanmoins revêtu une combinaison et porté des lunettes protectrices ou de soleil lorsqu'il l'utilisait.

La tâche de l'accusation est de convaincre les jurés du lien entre le Roundup et le cancer de Dewayne Johnson alors qu'il n'a pas été prouvé scientifiquement en dépit de longues années de débat.

"Le cancer de M. Johnson est une terrible maladie et nous devons tous avoir la plus grande empathie pour l'épreuve qu'il traverse", a souligné lundi au tribunal l'avocat de Monsanto George Lombardi.

"Les preuves scientifiques montrent que les produits à base de glyphosate ne provoquent pas le cancer et n'ont pas entraîné le cancer de M. Johnson", a-t-il toutefois ajouté.

Robert Kennedy Junior, fils de Bob Kennedy lui-même frère de l'ex-président des Etats-Unis John Kennedy assassiné en 1963, était assis au premier rang de l'auditoire lundi en tant que membre de l'équipe d'avocats rassemblée autour du plaignant.

"Le plus possible"

"Je ne pense pas que l'on puisse se dire surpris du fait que Monsanto a essayé d'empêcher le public de connaître (la dangerosité du produit) et de manipuler le processus d'autorisation", a-t-il affirmé à la presse hors du tribunal. Il a précisé que son propre cabinet avait 700 plaintes "dans les tuyaux" concernant le Roundup et des cas de cancer.

Interrogé sur le montant des dédommagements que pourrait obtenir M. Johnson, M. Kennedy a répondu: "Nous espèrons que M. Johnson pourra obtenir le plus possible".

Contrairement à l'agence fédérale américaine de protection de l'environnement (EPA), la Californie, où se trouve San Francisco, a placé le glyphosate sur la liste des produits cancérigènes mais, suite à un recours en justice, cette mention ne figure pas obligatoirement sur les emballages des produits le contenant.

Le glyphosate est aussi classé "cancérigène probable" depuis 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'OMS, contrairement aux agences européennes, l'Efsa (sécurité des aliments) et l'Echa (produits chimiques).

Le glyphosate fait particulièrement polémique en Europe. Après la décision de l'Union européenne en novembre de renouveler la licence de l'herbicide pour cinq ans, le gouvernement français s'est engagé à cesser d'utiliser cette substance pour les principaux usages d'ici trois ans.

Galerie photos

TOP FRANCE MONDE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES