Migrants morts au large de la Tunisie: la marine reprend ses recherches

La marine tunisienne a repris ses recherches lundi au large de la région de Sfax (sud) dans l'espoir de retrouver d'éventuels survivants, ou de nouveaux corps, au lendemain de la mort d'au moins 48 migrants dans le naufrage de leur embarcation.

Migrants morts au large de la Tunisie: la marine reprend ses recherches

L'entrée de l'hôpital de Sfax en Tunisie où ont été transportés les migrants rescapés du naufrage, le 3 juin 2018 © Ala SAKKA [AFP]

Par

Tandis que 48 cadavres ont été repêchés dimanche, 68 migrants ont pu être secourus, selon un bilan encore provisoire des autorités tunisiennes.

L'embarcation avait été repérée dans la nuit de samedi à dimanche alors qu'elle était "sur le point de couler" au large de l'archipel de Kerkennah, selon le ministère de l'Intérieur tunisien. Un survivant a affirmé à l'AFP que plus de 180 personnes se trouvaient à bord.

"Les opérations de recherches ont repris (...) avec l'aide de neuf unités navales, un hélicoptère et des plongeurs", a affirmé à l'AFP le colonel Mohammed Salah Sagaama, commandant de la base navale de Sfax.

"Jusque à 10H00 GMT (11H00 locales), aucun nouveau corps n'avait été repêché", a poursuivi ce responsable.

Il a souligné que les conditions météorologiques étaient toutefois défavorables aux recherches, avec un vent fort et une visibilité limitée.

Ce responsable a par ailleurs indiqué que 24 des 48 corps repêchés avaient été identifiés: il s'agit de 10 Tunisiens et 14 personnes originaires d'Afrique subsaharienne.

Dimanche, un survivant a dit à l'AFP que le bateau, d'une capacité maximale de 75 à 90 personnes, comptait plus de 180 passagers au moment du drame.

Il s'agit du naufrage de migrants le plus meurtrier en Méditerranée depuis le 2 février, quand 90 personnes, en majorité des Pakistanais, étaient mortes noyées au large de Zouara, dans l'ouest de la Libye, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Il intervient en outre alors que le nouveau ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, s'est rendu dimanche en Sicile -île qui fait face à la Tunisie et à la Libye- pour promouvoir sa ligne anti-immigration, en arguant que l'Italie ne pouvait être "le camp de réfugiés" de l'Europe.

Des Tunisiens en quête d'emploi et d'une vie meilleure tentent régulièrement de traverser la Méditerranée, en direction de l'Italie.

En mars, 120 personnes, en majorité des Tunisiens, tentant de rejoindre clandestinement les côtes italiennes avaient été secourues par la marine tunisienne.

En octobre 2017, 46 migrants étaient morts au large de Kerkennah, déjà, après le naufrage de leur embarcation entrée en collision avec un navire militaire tunisien.

Galerie photos

TOP FRANCE MONDE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES