LIVE
Le 12 avril 2018 à 10:42

Jeudi 12 avril 2018, Emmanuel Macron est à Berd'huis (Orne). Il s'agit du second déplacement du Président de la république en Normandie en quinze jours. Le chef de l'Etat doit intervenir en direct dans l'édition de 13 heures du journal télévisé de TF1. Revivez ici l'événement politique de la semaine.

Live terminé
14h18

C'est la fin du JT. Le président de la République signe un petit mot pour les élèves de la classe de CE2 dans laquelle s'est déroulée l'interview.

14h14

"Les difficultés ne m’arrêtent pas. Je ne suis pas naïf, je les avaient préméditées", affirme Emmanuel Macron, au moment d'évoquer le temps passé depuis son élection le 6 mai 2017. "Depuis ce moment là, beaucoup de choses ont été faites, mais nous devons faire encore immensément. Notre pays doit reconstruire les 50 prochaines années de progrès pour lui-même et pour chacun d’entre nous".

 

14h10

A l'extérieur de l'école, certains reviennent en espérant (re)croiser le président de la République.

14h07

La Seine-Maritime s'invite dans ce JT spécial avec un reportage au sein de la chaudronnerie Adinox, basée à Oudalle près du Havre. Cette PME, dirigée par Christian Vallet, envisage de doubler ses effectifs d'ici 10 ans.

L'occasion d'aborder plusieurs points comme le plafonnement des indemnités chômage, la baisse des charges pour les entreprises ou le prélèvement de l'impôt à la source.

13h58

La limitation des routes secondaires, sans séparation entre les voies, à partir du 1er juillet, à 80 km/h au lieu de 90, fait débat. L'expérimentation se fera pour deux ans, dit Emmanuel Macron.

"A deux pas d'ici, il y a une route qui est concernée entre Argentan et l'Aigle. Sur les quatre dernières années, il y a eu six morts."

Le président de la République prend deux engagements. D'abord, pendant ces deux ans, "tout l'argent qui sera prélevé sur ces routes, nous le mettront pour les hôpitaux qui soignent et guérissent les blessés de la route". Il promet aussi de publier les résultats de cette expérimentation, et d'en tirer les conclusions, dans chaque département.

(photo AFP)

13h49

Emmanuel Macron a abordé le sujet du financement de l’islam de France avec le prince Salmane d’Arabie Saoudite. "Je ne veux plus de mosquées qui s’ouvrent avec de l’argent caché".

(photo AFP)

13h47

"La taxe d'habitation, c'est l'impôt le plus injuste" selon Emmanuel Macron. Il confirme son objectif d'exonérer la totalité des Français. "Nous allons étape par étape".

13h42

Après la poudre de perlimpinpin, après "croquignolesque", Emmanuel Macron prend toujours plaisir à utiliser les expressions oubliées de notre vocabulaire...

13h39

"On n'a pas demandé cette visite mais on est très honorés. C'est un message très positif pour la ruralité" explique Kathleen Brémon, référentse LREM pour le département de l'Orne.

13h31

"Les retraités, je leur dit merci" pour l'effort, dit Emmanuel Macron à plusieurs reprises, au sujet de la hausse de la CSG pour 60% d'entre eux. "Je n'ai jamais pris un retraité pour un portefeuille".

13h28

Les habitants de Berd'huis ont déserté les alentours de l'école pour regarder le JT à la télé...

13h23

C'est l'un des points chauds de l'actualité : la réforme de la SNCF. "Cette réforme demande des efforts à tout le monde. Les usagers ont apporté leur contribution, les prix des billets ont augmenté ces dernières années. Ensuite, on demande à l’entreprise de faire des efforts : elle doit se réorganiser. (...) Elle deviendra une entreprise publique, à capitaux 100 % publics, ce sera dans la loi" explique Emmanuel Macron, avant d'aborder le sujet du statut des cheminots.

"Ceux qui sont aujourd’hui en emploi resteront sous statut, réaffirme le président, Eux, on ne leur demande pas d’efforts. La Poste, cela fait plus de quinze ans qu’ils recrutent les postiers sous contrats privés".

Emmanuel Macron poursuit en précisant que "l’État va faire des efforts, il va investir 10 millions d’euros par jour pendant 10 ans, pour entretenir les lignes". La dette sera en partie reprise.

"Pour être clair, on ira au bout" conclut le chef de l'Etat. "Je respecte cette lutte, mais je leur demande d'avoir de la considération pour les citoyens qui la subissent et les entreprises qui peuvent tomber avec cette grève"

13h15

Des élus et militants En Marche regardent en direct l'intervention d'Emmanuel Macron en extérieur à une centaine de mètres de l'école.

13h10

Après un court micro-trottoir dans le Pas de Calais, Emmanuel Macron répond aux Français sur son image.  "Tout ce que je fais je l’ai dit et je l’ai expliqué" affirme le président de la République. "Il faut que les bases soient solides pour que la maison tienne. Les bases se sont les règles républicaines. L’autre fondamentale, c’est l’école. C’est la première des batailles. De la maternelle à l’université on change tout, comme cela n’était pas arrivé depuis Jules Ferry. Les murs de la maison, c’est libérer, protéger et unir."

13h07

Emmanuel Macron, en introduction, confirme avoir la preuve que des armes chimiques, notamment du chlore, on été utilisées par le régime en Syrie.

 

13h04

C'est un JT dans un "cadre inédit et une forme inédite également" dit Jean-Pierre Pernaut avant d'accueillir Emmanuel Macron. Et de faire une promesse aux téléspectateurs : "nous allons poser les questions que vous vous posez".

12h59

Le début du JT de TF1, côté coulisses.

12h57

Jean-Pierre Pernaut va lancer le JT au milieu de la cour de récréation. Emmanuel Macron l'attend dans la salle de classe.

12h49

Emmanuel Macron vient d'entrer dans la classe de CE2 qui va servir de plateau au JT de TF1.

12h43
12h38

A son arrivée, Emmanuel Macron discute avec quelques habitants.

12h33

Frustrés d'être bloqués par les barrages policiers, certains coupent à travers champs pour rejoindre Berd'huis.

12h24

Le convoi du président vient d'arriver à Berd'huis.

12h21

Jean-Pierre Pernaut prépare son 13h sur une table d'écolier.

12h17

Quelques pro-Zad à Notre-Dame-des-Landes sont venus prêter main forte aux manifestants autour de Berd'huis.

12h06

Emmanuel Macron n'est toujours pas arrivé à Berd'huis où il était annoncé à 11h30.

11h43

Une cinquantaine de manifestants se trouve sur ce barrage à 2,5 km de Berd'huis deçus de ne pas pouvoir approcher.

11h32

Les autorités Ornaises avec la préfète Chantal Castelnot attendent l'arrivée du Président Macron dans la cour de l'école de Berd'huis.

11h27

"Je ne suis pas journaliste politique, on va essayer de parler des preoccupations des français" vient d'expliquer Jean-Pierre Pernaut aux journalistes à travers la haie derrière laquelle ils sont confinés.

11h25

Pour rentrer dans Berd'huis, Emmanuel Maillard a dû ruser. "J'ai passé la nuit ici". Isolé, il ne peut pas se rapprocher de l'école. "Ils ne veulent pas que les manifestants soient là quand le président arrivera."

1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques