Seine-Maritime: le succès des bières locales

15h49 - 04 octobre 2017

Les brasseries locales n'arrivent pas à couvrir la demande. - Charlotte Derouin

Les brasseries locales ont connu un véritable essor ces dernières années en Seine-Maritime. La demande est plus forte que l'offre. Retour sur ces produits artisanaux qui ont la cote.

Blonde, brune ou ambrée, les bières locales ont fait leur apparition dans les bars et chez les cavistes. Des produits artisanaux qui trouvent un bon écho chez les consommateurs. Ludovic Barbier s'est installé en 2013 à Pavilly. Sa bière, la BarbouZ se décline en huit formules dont deux saisonnières. Une production en pleine expansion. De 300 hectolitres, le brasseur compte passer à "600 voire 1 000 d'ici 3 à 5 ans". "J'ai commencé tout petit en vendant mes bières sur les marchés et puis, le bouche-à-oreille a commencé à marcher, des cavistes et des restaurateurs sont venus me voir", raconte le brasseur. Même engouement pour la Saint-Wandrille, née il y a un an, la seule bière d'abbaye produite en France. "Notre production est limitée alors on sélectionne nos points de distribution, c'est un luxe !", explique le frère Benoît, responsable de la commercialisation.

Consommer local

Les bières artisanales surfent aussi sur la vague du consommer local. "Aujourd'hui, les gens reviennent vers les petits producteurs, c'est une moindre dépense de transport, une moindre dépense énergétique et les gens sont contents de voir le brasseur", indique Dominique Camus, le brasseur de la Northmaen à La Chapelle Saint-Ouen, près de Buchy. "Les gens achètent la première fois car c'est local, mais ils reviennent car la qualité est là", abonde Ludovic Barbier.

Un engouement autour des bières normandes que ressent aussi Christian David, le gérant du bar la Boîte à bières. "Les brasseries normandes font des bières de qualité, variées d'où un certain intérêt du consommateur pour ces produits, explique-t-il. Cela fait aussi partie de notre démarche de mettre en valeur des bières locales qui méritent d'être connues." Mais il faut aussi savoir se renouveler pour satisfaire la clientèle. "On fait régulièrement de nouveaux produits, on aimerait sortir une bière bio prochainement", précise Dominique Camus, le brasseur de la Northmaen.

Une large clientèle

Et le profil des clients est assez divers, "ça touche tout le monde, des jeunes d'une vingtaine d'années à des gens de soixante ans qui visitent la Normandie et qui ont envie de goûter des bières locales", confie le gérant de la Boîte à bières. Même impression du côté des moines de Saint-Wandrille, "la fréquentation de notre boutique monastique a fortement augmenté, la clientèle s'est renouvelée et rajeunie", note le frère Benoît, responsable de la commercialisation.

Des bières locales de plus en plus facilement accessibles, vendues dans les bars, les restaurants et chez les cavistes. "Certaines bières locales sont très présentes sur le marché, on a donc préféré se démarquer de la concurrence en ayant des références de petites brasseries indépendantes mais qui ne sont pas normandes", explique Cyrille Badaille, le cogérant de l'Underdogs. Ce bar à bières a choisi de prendre le contre-pied de la tendance.