Rugby : du neuf à l'Ovalie caennaise après sa descente du Top 8

10h31 - 20 juin 2017

Jean-François Mouton, entraîneur de l'Ovalie Caennaise, garde la tête haute et compte remonter dans l'élite du rugby féminin. - Léa Quinio

En cette fin de saison pour l'Ovalie caennaise après avoir disputé les phases finales du Seven, samedi 17 et dimanche 18 juin 2017, l'heure est au bilan pour les entraîneurs Jean-François Mouton et Gilles Rabier.

En avril 2017, l'Ovalie caennaise jouait son dernier match à domicile face à Romagnat. Dans une rencontre à fort enjeu, les Caennaises n'ont pas su faire la différence malgré leur bonne volonté. Un coup dur pour les le staff et les joueuses après vingt ans dans l'élite. Relever la tête à sept La dernière prestation des Caennaises est toujours dans les tête, car en cas de victoire, elles auraient pu obtenir leur maintien. Le coach Jean-François Mouton reste forcément frustré de cette sortie : "On était largement capable de se maintenir en Top 8. On fait un très beau match contre Bobigny et Montpellier. Il y a deux victoires qu'il faut quand même noter après une saison difficile l'année dernière. Les filles ne méritaient pas ça. Mais il faut relativiser dans le sens où on a un groupe jeune, qui se reconstruit petit à petit." Pour passer cette étape difficile, l'Ovalie caennaise pouvait compter sur le championnat seven de fin de saison pour tenter de figurer parmi les meilleures équipes.  "C'est un "plus" sérieux", comme l'annonce les coachs caennais. Une première phase qualificative à Dijon (27 et 28 mai 2017) leur ont permis de se positionner à la 6e place sur 16 équipes engagées, synonyme de qualification pour les phases finales à Albi ces 17 et 18 juin. Malgré leur esprit compétitif, les joueuses de l'Ovalie caennaise se sont inclinées en finale du bowl, synonyme de 10e place au classement général. "Se faire plaisir mais aussi rester parmi les meilleures équipes de France", étaient les mots d'ordre de Jean-François Mouton pour clôturer une saison à rebondissements. "Miser sur la formation" Pour la saison prochaine, le club a officialisé cinq départs : Ophélie Gincourt, Anaëlle Deshayes, Laura Briel, Barbara Sineux et Stephanie Provost. Dans une terre de rugby peu développée à Caen, le club se voit contraint de trouver d'autres alternatives pour prétendre à retrouver le haut niveau. N'ayant pas les mêmes moyens que les grands clubs de l"Hexagone tels que Montpellier ou Toulouse, les techniciens caennais comptent miser sur la formation des jeunes. "L'objectif c'est de rester dans le haut niveau et montrer que tout le travail entrepris pendant toutes ces années continuera les années prochaines", explique Jean-François Mouton. A LIRE AUSSI.Top 14: le Racing 92 et le Stade Français annoncent une fusion surpriseTop 14: la fusion avec le Racing fait long feu, quel avenir pour le Stade Français?