En ce moment : COVER ME IN SUNSHINE (FEAT WILLOW SAGE HART) - PINK Ecouter la radio

Maître Lebastard, guetteur : "Les yeux dans les jumelles, 80% du temps"

A l'occasion des portes ouvertes de la base navale de Cherbourg, dimanche 2 juin, rencontre avec Charles Lebastard, guetteur à la vigie du Homet.

Maître Lebastard, guetteur :
L'une des paires de jumelles grossissantes, le premier outil du guetteur. - Célia Caradec

Pour rencontrer le Maître Charles Lebastard, il faut grimper tout en haut de la vigie du Homet, au sein de la partie protégée de la base navale de Cherbourg. Plus d'une centaine de marches à monter, une passerelle venteuse à traverser, direction la "vigie haute". "Quand ça souffle, l'armature en fer vibre. Par une nuit d'orage ça peut angoisser certains, moi je trouve ça plutôt marrant", sourit le guetteur de la Flotte.

Les yeux, le premier outil

Originaire de Portbail, Charles Lebastard a toujours eu ce métier en ligne de mire. "Dans la famille, il y a plusieurs marins pêcheurs, et mon beau-frère lui-même était guetteur". D'abord affecté au sémaphore de Barneville-Carteret, il a ensuite travaillé au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) de Jobourg, dans la Hague. En octobre dernier, à 33 ans, il arrive à la vigie du Homet, à Cherbourg.

Maître Lebastard, guetteur : "Les yeux dans les jumelles, 80% du temps"

"Nous avons une mission de service public, nous surveillons la zone et diffusons des avis de navigation et de météo. Il y a aussi une mission militaire de surveillance de l'espace maritime, aérien et terrestre pour identifier toute anomalie, en matière de terrorisme, de clandestins, etc". Pour cela, le guetteur a un outil : les jumelles. "C'est le propre du métier. Nous passons 80% de notre temps les yeux dans les jumelles, qui grossissent 25 fois notre champs de vision."

Le premier maillon de la chaîne

Bien sûr, les guetteurs sont aidés par le radar et les messages radio VHF. Mais la première alerte reste visuelle, jusqu'à 24 kilomètres environ. "Il faut déceler les problèmes. Si un plaisancier a la tête dans le capot, qu'il ne regarde plus la mer, c'est sûrement qu'il est en panne." Dans ce cas, la vigie informe le Cross qui va dépêcher des secours. C'est la chaîne sémaphorique.

Maître Lebastard, guetteur : "Les yeux dans les jumelles, 80% du temps"



"L'étincelle de ce métier, c'est se mettre au service des usagers de la mer" explique Charles Lebastard. Il se souvient d'un soir, à Barneville-Carteret. Un petit bateau de plaisance, des jeunes et la nuit qui tombe. "Je les suivais aux jumelles. Très vite, ils ont sorti les outils pour réparer... Si je ne les avais pas vus, ils auraient passé la nuit à dériver". Le guetteur est le premier maillon du sauvetage. "On reste à terre, mais on est quand même importants dans le monde de la mer".

Connaître chaque rocher

Pourtant, les guetteurs connaissent aussi bien la côte que s'ils naviguaient tous les jours. "Il faut que l'on sache quel navire est dans notre zone, qu'est-ce-qu'il y fait, avoir la situation dans la tête." Connaître, aussi, les points sensibles de la zone, qui s'étend de la pointe de Nacqueville au Cap Levy. "Chaque bouée, chaque caillou !". La Hague, Carteret, Cherbourg... Grâce à son métier, le Maître Lebastard connaît la côte ouest du Nord-Cotentin comme sa poche. Il concède : "La richesse du coin veut que je ne connaisse pas encore tout, mais je peux aiguiller... Je pourrais peut-être faire un bon guide de rando !".

Maître Lebastard, guetteur : "Les yeux dans les jumelles, 80% du temps"

Galerie photos
Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Maître Lebastard, guetteur : "Les yeux dans les jumelles, 80% du temps"