Pas d'arrêt de la mobilisation à l'hôpital psychiatrique Janet du Havre

La direction de l'hôpital psychiatrique Janet au Havre (Seine-Maritime) et les syndicats se sont rencontrés à plusieurs reprises et des avancées ont eu lieu mais pour autant, les grévistes ne veulent pas ralentir le mouvement samedi 7 juillet 2018.

Pas d'arrêt de la mobilisation à l'hôpital psychiatrique Janet du Havre

Les grévistes sur le toit de Pierre-Janet sont déterminés. © Gilles Anthoine

Par Noémie Lair

"On continue le mouvement", c'est le mot d'ordre des syndicats de l'hôpital psychiatrique Pierre-Janet du Havre (Seine-Maritime).

La direction s'étonnait samedi 7 juillet 2018 de la poursuite du mouvement alors qu'elle a rencontré l'intersyndicale et estime que les négociations avancent bien.

Mais pour cette intersyndicale, "tant qu'il n'y aura pas d'accord de sortie de crise signé, on continuera".

On le rappelle, une partie du personnel de l'hôpital est en grève depuis le 15 juin. Certains grévistes se sont installés sur le toit des urgences en signe de protestation.

    • Lire aussi : Hôpital psychiatrique Janet : des soignants sur le toit au Havre

Les grévistes demandent plus de moyens, de meilleures conditions d'accueil des patients et de travail.

"Une avancée"

Plusieurs rencontres ont effectivement déjà eu lieu entre les syndicats et la direction, cette dernière ayant fait des propositions :

    • L'ouverture d'une unité de tension à l'hôpital Monod avec la création de plus de 15 équivalents temps plein d'infirmiers et d'assistants sociaux pérennes. Cette unité de 22 lits sera ouverte du 1er août au 30 novembre 2018. Les patients accueillis seraient "stabilisés" et auraient besoin d'un autre type de prise en charge (EHPAD, Maison d'accueil spécialisée, foyers, etc.)

Mais selon l'intersyndicale, le risque est qu'au 30 novembre, les patients non sortis retournent à l'hôpital Janet.

    • La création des 2 postes d'infirmiers à l'Unité d'accueil et de crise
    • La création de 12 postes pour le pool de nuit

Cette dernière mesure avait déjà été actée en 2016 mais non budgétée depuis.

    • Lire aussi : Le Havre : grève à Pierre Janet, l'hôpital donne sa version

"Une avancée" pour l'intersyndicale qui ne souhaite cependant pas s'arrêter là. Elle souhaite la création de davantage de postes, que l'unité de tension ne soit pas ouverte à Monod mais bien à Janet pour éviter un changement d'environnement aux patients ou encore l'arrêt de la polyvalence (le personnel est affecté à un poste mais en cas de besoin, est déplacé dans un autre service).

Des négociations devraient redémarrer lundi 9 juillet et une nouvelle manifestation est prévue dans la ville à partir de 18 heures.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES