À Rouen, condamné pour s'être enfui après un accident

Un prévenu a été jugé, jeudi 28 juin 2018, devant le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime). Il est accusé de blessures involontaires et de délit de fuite lors d'un accident de la circulation.

À Rouen, condamné pour s'être enfui après un accident

Sans permis ni assurance, le conducteur s'est enfui après l'accident.

Par Patrick Joliff

Les faits remontent au 11 octobre 2017, à Rouen (Seine-Maritime), lorsque le prévenu circule à bord d'un véhicule emprunté à un ami sans sa permission. L'homme n'a jamais obtenu son permis de conduire, malgré plusieurs tentatives. Il circule, qui plus est, sans assurance à son nom puisque la voiture ne lui appartient pas. Le prévenu a affirmé penser que l'assurance de son ami pouvait le couvrir.

Au hasard d'un embouteillage, il percute par l'arrière un véhicule se trouvant devant lui. Le choc est d'autant plus violent qu'il roule à une vitesse excessive, disent les témoins. Prenant conscience de la gravité de la situation, il choisit de s'enfuir, pour se garer un peu plus loin puis, il revient à pied sur les lieux du délit. Sa victime est sérieusement atteinte et amenée aux urgences du CHU. Un examen médical, constatant hématomes et maux de tête, lui vaudra 15 jours d'incapacité temporaire de travail.

Retour sur les lieux

Revenu sur les lieux, il est reconnu par sa victime et la police présente n'a pas de mal à l'interpeller. Amené au commissariat, il reconnaît les faits et évoque la peur panique qui s'est emparée de lui lorsqu'il n'a pas eu le réflexe de freiner à temps. Il a déjà été entendu pour défaut de permis et d'assurance et son casier judiciaire mentionne, entre autres, cinq condamnations pour violences sur ascendant.

Pour le Procureur de la République, "c'est une conduite dangereuse et irresponsable". Sa défense assure qu'il "sait faire preuve de repentir". À l'issue de ses délibérations, le tribunal le déclare coupable des faits reprochés et le condamne à une peine de trois mois d'emprisonnement avec sursis ainsi qu'à un travail d'intérêt général de 140 heures.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES