Un homme condamné pour violences contre sa femme et ses enfants

Un prévenu de 39 ans est jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime), lundi 2 juillet 2018, pour violences habituelles à l'encontre de ses deux enfants, mineurs de moins de quinze ans, et de sa compagne.

Un homme condamné pour violences contre sa femme et ses enfants

Prison ferme pour un père qui violente sa famille

Par Patrick Joliff

La vie commune du couple dure depuis vingt ans et ils ont deux enfants. Du 28 février 2014 au 28 juin 2018, le prévenu se comporte en père et compagnon violent à l'égard de sa famille. Le prévenu de 39 ans est interpellé par les gendarmes le 28 juin 2018 lorsque des clients d'un supermarché d'Yvetot (Seine-Maritime) le voient distribuer gifles et coups à sa fille car le sandwich qu'il lui a demandé de lui acheter ne lui convient pas. Les témoins constatent l'enfant apeuré, recroquevillé, qui cherche à se protéger des coups de leur père qui ne parvient pas à maîtriser sa violence.

Entendu, les policiers constatent qu'il a consommé de l'alcool. Le test de l'éthylomètre confirme une alcoolémie positive. "Je reconnais être parfois violent", dit le prévenu lors de l'audience du lundi 2 juillet 2018 devant le tribunal correctionnel de Rouen. La mère des enfants confirme la violence de son compagnon depuis quatre ans, mais ne semble pas lui en tenir rigueur, évoquant "l'habitude prise".

Les enfants accusent

Auditionnés à leur tour, les enfants dénoncent les coups et brimades quotidiens. Ils sont déjà allés se réfugier chez des voisins. Ils désignent également un père violent avec leur mère. Un examen médical constatera des traces de coups, des hématomes et des troubles psychologiques. Ils obtiendront deux jours d'incapacité temporaire de travail pour l'un, dix jours pour le deuxième.

Pour la partie civile représentant l'administrateur ad hoc des enfants, "les enfants doivent être suivis hors domicile". Pour le procureur de la République, "tous les témoignages confirment la violence du prévenu". Sa défense pense que "la prison n'est pas la solution". À l'issue de ses délibérations, le tribunal le reconnaît coupable et le condamne à 15 mois de prison dont huit assortis du sursis.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES