Un premier don du sang, ça se passe comment ?

Le jeudi 14 juin 2018 est la journée mondiale du don du sang. Chaque jour, les nouveaux donneurs sont nécessaires pour assurer les soins des malades en attente de transfusion. Est-ce douloureux ? Est-ce que ça prend beaucoup de temps ? C'est compliqué ? Tendance Ouest s'est glissé dans la peau d'un donneur pour répondre à ces questions.

Un premier don du sang, ça se passe comment ?

Le prélèvement du sang en lui-même ne dure pas plus de quinze minutes.

Par Aurélien Delavaud

Pour ce premier don du sang, sans plus d'information en poche que le lieu de collecte le plus proche, je me rends à l'antenne rouennaise (Seine-Maritime) de l'Établissement français du sang (EFS), basée dans le quartier Saint-Sever. Ce jeudi 14 juin 2018, c'est journée mondiale du don du sang donc les équipes s'attendent à recevoir beaucoup de monde. À l'accueil, on me tend un questionnaire à remplir et une petite bouteille d'eau avec un premier conseil : "Il faut beaucoup s'hydrater avant un don du sang !"

Bien expliquer pour réduire le stress

J'avale donc mon demi-litre d'eau en répondant aux différentes questions sur mes antécédents médicaux, les risques de contamination, ma vie sexuelle... Le tout reste parfaitement anonyme et est seulement analysé par le médecin qui me reçoit quelques minutes plus tard, après avoir décliné mon identité à l'accueil pour valider mon dossier. Le docteur répète quelques questions du questionnaire, "pour être sûr", et contrôle que ma tension et mon pouls sont suffisants pour donner mon sang.

Je passe ensuite entre les mains d'une infirmière, qui prend la peine d'expliquer toute la démarche de A à Z. Un vrai plus pour faire retomber le stress ! On commence en douceur, avec une simple piqure au bout du doigt pour vérifier que je ne fais pas d'anémie. Apte pour le service, je suis dirigé vers une des sept chaises réservées aux donneurs. Là encore, l'infirmière décrypte chaque geste et donne quelques conseils avant de piquer la peau. La sensation n'est évidemment pas agréable, mais ne fait pas plus mal qu'une simple prise de sang. C'est ensuite la machine qui prend le relais et qui prélève tout juste 480mL de sang en l'espace d'une dizaine de minute.

"Redressez-vous doucement, par étapes, et foncez à la collation", poursuit l'infirmière après avoir fait un pansement à l'endroit de la piqure. Une viennoiserie, un jus de fruit et quelques conseils plus tard, me revoilà sur pied et prêt à reprendre le cours de ma journée. Sans douleurs ni contraintes, l'opération n'aura pas duré plus d'une heure.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES