À Rouen, l'ASPTT organise les premiers JO de l'autisme

L'ASPTT accueille des enfants atteints de Troubles du spectre autistique (TSA) dans ses sections sportives depuis 2016. Samedi 16 juin 2018, elle organise les premiers JO de l'autisme au complexe sportif Antoine de Saint-Exupéry à Rouen (Seine-Maritime).

À Rouen, l'ASPTT organise les premiers JO de l'autisme

Le sport permet aux enfants atteints de TSA de développer leur socialisation. © Brigitte Charvieux ASPTT

Par Pierre Durand-Gratian

C'est une première à Rouen (Seine-Maritime). L'ASPTT organise samedi 16 juin 2018 des JO de l'autisme au complexe sportif Antoine de Saint-Exupéry. Une manière de mettre en lumière les bienfaits du sport pour les enfants atteints de Troubles du spectre autistique (TSA). Au programme, différentes activités comme des sports de ballons, de raquettes, du golf, de l'athlétisme, sous forme d'ateliers à réaliser en famille. Un pique-nique géant le midi permettra à ces familles concernées par les TSA de se rencontrer et d'échanger sur leur problématique du quotidien.

L'événement est né d'un appel à projet lancé par la fondation orange et remporté par l'ASPTT de Rouen.

Des progrès ressentis au quotidien

L'ASPTT de Rouen accueille depuis 2016 des enfants autistes dans ses cours de sport. Un projet fédéral décliné dans toute la France. 11 étaient inscrits cette saison à Rouen sur les activités basket, judo, lutte et kidisport (un mélange de différentes activités sportives). "L'idée est d'accueillir des enfants TSA avec des groupes d'enfants dits ordinaires, explique Brigitte Charvieux, chargée de développement et intervenante éducatrice sportive pour l'ASPTT. Ils sont accompagnés par un éducateur APA (activité physique adaptée ndlr) qui va prendre en charge l'enfant et lui permettre de pratiquer comme les autres en adaptant les consignes.".

La règle est simple : un éducateur pour un enfant atteint de TSA, le but étant de favoriser leur inclusion, sans que la pratique ne soit plus coûteuse.

Et ça marche. "On constate un apport physique mais aussi un apport énorme au niveau socialisation", explique la professionnelle.

Les enfants peuvent appliquer ensuite ce qu'ils ont appris à la maison. "Par exemple, une petite fille descend désormais les escaliers toute seule. D'autres enfants TSA n'ont pas la relation verbale. On utilise des codes visuels dans les séances pour communiquer que les parents vont réutiliser".

Pour la saison 2018, l'ASPTT entend encore développer les activités ouvertes aux enfants autistes en intégrant le volley-ball, l'athlétisme et la natation. L'objectif est de pouvoir accueillir au moins 20 enfants atteints de TSA à l'horizon 2020.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES