Près de Rouen, il cambriole deux maisons et vole une voiture

Un prévenu comparaît mardi 5 juin 2018 à la barre du tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime), accusé de vol par effraction dans un local d'habitation et de vol de voiture.   

Près de Rouen, il cambriole deux maisons et vole une voiture

Cinq mois ferme pour vols répétés

Par Patrick Joliff

C'est à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime) dans la nuit du 9 au 10 juillet 2015 que Syphax Chedi, 22 ans, s'intéresse à une maison dont la fenêtre est restée ouverte. Il enjambe la clôture du jardin et pénètre à l'intérieur de l'habitation pour y voler tout ce qu'il peut trouver : tablette multimédia, pièces d'identité, cartes bancaires et plusieurs effets personnels. Puis c'est avec des amis qu'il réitère dans une maison de Mont-Saint-Aignan le 11 juillet 2015, en emportant des chèques et des espèces. Cette fois, il vole également le véhicule du résident après avoir forcé le portail du jardin. Au matin il se gare sur un parking non loin du commissariat pour y attendre des amis sans se soucier du risque d'être vu. C'est un policier qui s'étonne du véhicule garé et intervient pour questionner le conducteur. Devant ses explications confuses, il est amené au commissariat. On découvre sur lui plusieurs des pièces volées dans la nuit, et, dans le véhicule, des espèces et d'autres objets volés précédemment. 

Il banalise ses actes

Entendu par les policiers, il reconnaît le vol de la voiture et des différents objets volés, sans impliquer deux de ses complices auxquels il est confronté pour justifier ses dires. Il nie en revanche avoir forcé le portail de la maison visitée, prétendant qu'il était déjà ouvert. Il explique que, sortant tard d'une soirée chez des amis, il n'y avait plus de moyen de transport et trouve logique, au grand étonnement du tribunal, de s'être emparé d'un véhicule de secours. Nonchalamment, il déclare à la barre : "Je reconnais avoir volé la voiture, c'est tout", affichant une attitude désinvolte qui dérange le ministère public : "l'impassibilité du prévenu est choquante". Son casier judiciaire vierge n'influence cependant pas le tribunal, qui le condamne à une peine d'emprisonnement de cinq mois ferme.   

TOP FAITS DIVERS

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES