Des enfants du Pays de Caux écrivent à la directrice d'académie

Les parents d'élèves de l'école d'Ecrainville (Seine-Maritime) sont toujours mobilisés contre la fermeture d'une classe à la rentrée 2018/2019. Ils assurent que le nombre d'enfants inscrits est en hausse pour la prochaine année scolaire. Début juin 2018, ils ont envoyé un courrier écrit par les élèves pour interpeller une nouvelle fois la directrice académique.

Des enfants du Pays de Caux écrivent à la directrice d'académie

Les élèves de l'école d'Ecrainville ont écrit à l'inspection académique. © Parents d'élèves d'Ecrainville

Par Gilles Anthoine

Les parents d'élèves et la mairie d'Ecrainville (près de Goderville en Seine-Maritime) sont mobilisés pour sauver une classe de l'école du village. Le rectorat prévoit la suppression d'un poste à la rentrée de septembre 2018. Une vraie bataille de chiffre : l'inspection académique de Rouen se base sur 102 élèves pour l'année scolaire 2018/2019 à l'école d'Ecrainville, les parents et la mairie ont enregistré début juin 2018 111 inscriptions. Un chiffre qui sera présenté à l'académie en vue de la commission du rectorat du lundi 25 juin 2018.

    • Lire aussi : Pays de Caux : un village mobilisé contre la fermeture d'une classe

Pour interpeller une nouvelle fois l'inspection académique, les parents d'élèves d'Ecrainville ont fait écrire un courrier aux élèves.

Mesdames, messieurs, c'est parce que nous sommes tristes et inquiets de voir nos parents se battre que nous vous écrivons. Nous n'arrivons pas à comprendre pourquoi vous souhaitez supprimer une classe dans notre école que nous aimons tant… Comment pourrons-nous apprendre mais aussi travailler correctement nos leçons dans des classes avec autant de camarades mais aussi avec une classe de trois niveaux ? ! Nous aimons l'école, notre école et nous voulons continuer à apprendre avec nos maîtresses dans de bonnes conditions. À la campagne aussi c'est parfois difficile de bien travailler et de bien comprendre ! Notre école c'est la vie de notre village, et c'est aussi grâce à elle que nous ferons de beaux métiers plus tard. Alors s'il vous plaît messieurs dames, ne fermez pas de classe dans notre école.

Le courrier a été envoyé début juin 2018 à Catherine Benoit-Mervant, la directrice académique des services de l'éducation nationale à Rouen ainsi qu'à Janick Cheret, inspectrice de l'éducation nationale à Fécamp.

TOP NORMANDIE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES