Nicolas Koch, Grand-Quevillais, a le polar pour passion

Nicolas Koch, Grand-Quevillais, a le polar pour passion

Nicolas Koch travaille de chez lui, à Grand-Quevilly, où il lit et corrige des manuscrits envoyés par des auteurs. Il a lui-même écrit ou participé à trois livres et un quatrième est en relecture chez plusieurs maisons d'édition.

Le
Par : Noémie Lair

Nicolas Koch, 38 ans, est un passionné de littérature, et plus spécifiquement de polar. Une passion qui est aussi son métier : il est correcteur, maquettiste et auteur.

La littérature, Nicolas Koch est tombé dedans quand il était petit : "La lecture a toujours été un passe-temps fondamental pour moi." Un passe-temps qui est devenu une passion et même un métier depuis huit ans puisque ce Grand-Quevillais est correcteur maquettiste indépendant.

"J'ai toujours aimé les livres et écrire"

Sa passion a pris le pas sur sa formation d'archéologue et d'historien : "Je me suis dit, pourquoi pas tenter de travailler dans ce milieu-là parce que j'ai toujours aimé les livres et écrire." Nicolas Koch écrit en effet aussi depuis longtemps, "on écrit des petits bouts de trucs qui traînent et puis un jour ça fait un truc un peu plus gros." Et même plusieurs parce qu'après La science au secours de l'histoire paru en 2014 et Ahmès, scribe d'Égypte, en 2016, Nicolas Koch vient de participer à un nouveau livre : Phobia. Il s'agit d'un recueil de 14 nouvelles écrites par 14 auteurs différents. Les fonds obtenus grâce à la vente de cet ouvrage seront reversés à l'association ELA qui lutte contre la leucodystrophie.

Dans Phobia, Nicolas Koch s'est intéressé à la phobie des nombres car il cherchait "quelque chose d'original et je suis tombé par hasard sur Internet sur des personnes qui expliquaient être en panique totale quand ils voyaient des nombres".

Le polar : communauté et psychologie

Mais plus que les livres, son "dada", ce sont les polars. "C'est un genre que j'aime beaucoup, j'aime bien quand on fouille dans la psychologie des personnages, qu'on essaye de tirer ce qui peut être le plus noir possible ou comment une situation banale peut déraper dans quelque chose de complètement insensé, explique-t-il. J'aime également l'écriture, ce côté assez brut des textes : on va à l'essentiel, c'est rythmé."

Nicolas Koch apprécie aussi "la communauté qui se crée autour, entre les auteurs et les lecteurs de polar. Il y a vraiment une ambiance particulière à ce milieu-là. Les textes sont très noirs mais les auteurs sont très attachants."

Et cet amateur de littérature compte bien faire partager sa passion : depuis un an, il est président de l'association Quevi'livres qui a pour but de promouvoir le livre et la lecture en organisant des rencontres avec les lecteurs, des sorties dans les salons et en se retrouvant autour de la même passion.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques