Conduite irresponsable sur autoroute

Conduite irresponsable sur autoroute

Un drame évité de justesse sur l'autoroute © Patrick Joliff

Le

Un individu est jugé vendredi 11 mai 2018 devant le Tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) pour mise en danger de la vie d'autrui par conduite dangereuse sous l'empire de l'alcool et sous la suspension administrative de son permis. Il est condamné à quatre mois de prison avec sursis.

C'est le début de soirée ce 14 décembre 2017 et le prévenu circule sur l'autoroute à hauteur de Moulineaux au volant d'une voiture de société. Il est passablement alcoolisé et agit sous le coup d'une suspension administrative de permis qui lui a été infligée quelque temps plus tôt. Il n'a pas vérifié la quantité d'essence du réservoir et ne tarde pas à tomber en panne. Il parvient à s'arrêter en se garant au mieux mais n'actionne aucun élément de signalisation indiquant sa présence: ni feux clignotants ni gilet jaune réglementaire. Des conducteurs arrivent bientôt à sa hauteur et découvrent stupéfaits la voiture du prévenu qu'ils ne peuvent éviter. C'est un carambolage, les véhicules se percutent les uns après les autres heureusement à vitesse réduite et aucun blessé grave n'est à déplorer. 

Une folle irresponsabilité

Les services de gendarmerie arrivent bientôt sur les lieux de l'accident et entendent le conducteur imprudent. On constate vite son alcoolémie avancée et surtout la suspension de permis de conduire dont il fait l'objet mais qu'il prétend ignorer puisque les documents la lui signifiant ont été envoyés par voie postale et distribués à son domicile en son absence le jour même des faits pour lesquels il est jugé. À la barre, il déclare: "je n'ai pas réalisé l'importance du danger". À son casier judiciaire, aucune mention n'est portée. Pour les parties civiles représentant les victimes, "la crainte de l'accident est toujours présente", et le Ministère Public renchérit: "la responsabilité dans les faits est flagrante". La défense du prévenu évoque "une malchance qui arrive pour un acte non prémédité". Après délibération, le Tribunal le relaxe pour faits de mise en danger d'autrui mais le condamne, à l'audience du vendredi 11 mai 2018, pour les autres faits en lui infligeant une peine de quatre mois de prison avec sursis avec une mise à l'épreuve de dix-huit mois.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques