Des violences pour cinquante euros : un homme condamné à Grand-Couronne

Des violences pour cinquante euros : un homme condamné à Grand-Couronne

Six mois de prison avec sursis pour une rixe dans un bar © Patrick Joliff

Le

Un homme a été condamné à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) pour des violences avec arme à l'encontre d'un ami qu'il hébergeait. 

C'est le 15 septembre 2017 que la victime porte plainte au commissariat de Grand-Couronne (Seine-Maritime) pour coups et blessures. Les deux protagonistes se trouvaient dans un bar la veille des faits. La discussion s'engage alors sur une somme de cinquante euros que le prévenu, qui héberge jusqu'alors gracieusement la victime, lui réclame en guise de participation aux frais du logement. Le plaignant ne peut satisfaire cette demande et se voit alors demander la remise des clés de l'appartement. En les jetant au sol, il énerve le prévenu qui se rue alors sur lui, bousculant ainsi tables et chaises du bar. Un verre tombe à terre, se brise, et le prévenu s'en sert pour agresser son ami en lui portant un coup de verre brisé au visage, le blessant sérieusement à la joue.

Un témoin l'emmène aux urgences de l'hôpital où le pronostic d'une chirurgie réparatrice est évoqué. À cela, il faut ajouter les coups reçus et les menaces de mort que le prévenu profère à l'encontre de la victime si elle porte plainte.

Menacé par courrier

La police se rend au domicile du prévenu le lendemain des faits et le place en garde à vue. Il reconnaît l'altercation mais nie être l'agresseur ainsi que l'auteur d'un courrier adressé à la victime, contenant la photo d'un pistolet. "C'est moi qui suis victime d'une agression", dit-il lors de l'audience. Il ajoute que son ami profitait de sa générosité en dégradant l'appartement lors de visites festives d'amis. Pour la partie civile, "les actes du prévenu sont disproportionnés". Et le ministère public de renchérir: "ces violences volontaires sont inadmissibles". La défense du prévenu soutient que "la réalité des faits ne montre aucune certitude". À l'issue des délibérations, et dans le constat d'un casier judiciaire vierge chez le prévenu, le tribunal le reconnaît coupable des faits reprochés et le condamne, mardi 3 avril 2018, à six mois de prison avec sursis.

  


1234
Tendance Live Le Havre
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques