Il rate le sanglier mais pas son compagnon de chasse près de Caen

Lors d'une partie de chasse à Ranville au nord-est de Caen (Calvados), dimanche 19 novembre 2017, un septuagénaire visant un sanglier atteint l'un de ses compagnons de chasse au genou. Il a comparu mardi 13 mars 2018 devant le tribunal de grande instance de Caen.

Il rate le sanglier mais pas son compagnon de chasse près de Caen

Le tribunal de grande instance de Caen (Calvados)

Par Joëlle Briant

Mardi 13 mars 2017, un homme âgé de 71 ans a été jugé par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour blessures involontaires lors d'une action de chasse ainsi que pour détention d'une arme de catégorie D non enregistrée. Les faits remontent au mois de novembre 2017 à Ranville au nord-est de l'agglomération.

    • Lire aussi. Chasse : il tire sur son ami

Il tire sur le chasseur qui lui fait face

Ce jour là une quinzaine de personnes se retrouve pour une partie de chasse. L'après-midi, une battue de sanglier est organisée. Le prévenu, fatigué, décide de ne pas y participer. Pourtant, il demeure dans les parages, assurant par la suite que quelqu'un lui avait donné cette consigne. Reste à savoir qui. Lorsque le sanglier surgit d'un champ de moutarde, l'homme se baisse et tire par deux fois, ratant le sanglier mais touchant un chasseur au genou. Après trois mois d'immobilisation à cause d'un plâtre, la victime n'est toujours pas consolidée et il se déplace avec des béquilles.

"Il y a des règles spécifiques à respecter"

Même si l'avocat de la défense affirme que son client, chasseur depuis quarante ans n'a jamais eu un problème, pour la procureure il y a faute : "Lors d'une battue, il y a des règles spécifiques à respecter. On ne tire pas vers un groupe de chasseurs."

L'homme écope d'une amende de 300 €, de trois mois de prison avec sursis, d'un retrait du permis de chasse à ne pas repasser avant trois ans et d'une interdiction de port d'arme durant trois ans. Il devra verser plus de 21 000 € de provisions à la CPAM et 5 000 € de provision avant l'expertise médicale qui définira le degré de handicap de la victime.

TOP FAITS DIVERS

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES