À Rouen, coup dur pour le collectif HDR qui vient en aide aux migrants

Le collectif citoyen HDR, créé en juin 2017 pour venir en aide aux migrants à Rouen (Seine-Maritime), se voit privé de son accueil de jour au centre André Malraux et de son hébergement de nuit à la Maison du plateau. La convention qui le liait à la ville pour la mise à disposition de ces lieux prend fin.

À Rouen, coup dur pour le collectif HDR qui vient en aide aux migrants

Des membres du collectif HDR préparent des repas pour les migrants à Rouen. © Charlotte Derouin

Par Pierre Durand-Gratian

C'est une page qui se tourne pour le collectif HDR à Rouen (Seine-Maritime). Ce rassemblement citoyen s'était créé en juin 2017 pour venir en aide à une quarantaine de personnes sans abris, principalement venus du Soudan et de Somalie. Sans solution, c'est grâce à la bonne volonté des bénévoles que ces personnes en détresse ont pu être logées, nourries et accompagnées dans leurs démarches administratives.

La ville de Rouen avait alors mis à disposition le centre André Malraux, pour un accueil de jour où des repas étaient servis, et un hébergement de nuit à la Maison du plateau. La convention qui liait la ville au collectif pour le prêt de ces équipements a désormais pris fin et ces lieux ont dû fermer, lundi 12 mars 2018. "Le dispositif a été mis en place pour l'urgence, précise Sylvain Radiguet, directeur de cabinet du maire de Rouen. Il était convenu que la ville récupère ces équipements à la sortie de l'hiver. Une solution d'hébergement a été trouvée pour la plupart des personnes qui étaient sans abris l'été dernier."

Le collectif se voit donc privé de ses principaux outils de travail, mais ne baisse pas les bras pour autant. "L'action du collectif ne peut pas se terminer parce qu'il reste beaucoup de personnes à soutenir. Nous allons peut-être réfléchir à une nouvelle structuration", affirme Koura Diouf, membre du collectif HDR depuis sa création. Et pour cela, les bénévoles comptent s'appuyer sur l'expérience des 9 derniers mois.

Écoutez Koura Diouf :

0:00
0:00

De son côté, la ville n'exclut pas de soutenir les actions des éventuelles associations qui pourraient naître du collectif HDR, à condition qu'elles soient centrées sur des besoins spécifiques. La municipalité qui rappelle que c'est à l'État de gérer l'hébergement d'urgence des demandeurs d'asile sur le territoire français.

Des travaux à venir à la Maison du plateau

Libéré de l'accueil de jour en salle des familles, le centre André Malraux va reprendre son activité classique, liée aux différentes associations locales. Des travaux vont s'engager du côté de la Maison du plateau qui est destinée à accueillir des services de la ville.

TOP SEINE-MARITIME

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES