Contraintes administratives : Tourouvre veut "déclasser" son église

Le Conseil municipal de Tourouvre-au-Perche, commune de quelque 1 600 habitants dans le Perche (Orne), a mandaté son maire pour qu'il effectue les procédures de déclassement de l'église locale, classée monument historique.

Contraintes administratives : Tourouvre veut "déclasser" son église

Les élus ne veulent plus que l'église de Tourouvre (Orne) soit classée monument historique. © Goggle Maps

Par Eric Mas

C'est une nouvelle expression du ras-le-bol des élus locaux, confrontés à toujours plus de tracasseries administratives : dans l'Orne, l'église de la commune de Tourouvre, dans le Perche, a été classée Monument historique il y a 29 ans. À la suite de ce classement, la mairie espérait alors obtenir des aides financières.

Aucune aide mais beaucoup de contraintes

Mais d'aides, il n'y a jamais eu. En revanche, les contraintes sont devenues tellement rédhibitoires de la part de l'Architecte des bâtiments de France, que les habitants grognent à chaque demande de permis de construire, ou chaque fois qu'ils doivent rénover leurs fenêtres. Le Conseil municipal vient donc de mandater le maire, pour demander le déclassement du bâtiment.

Demande de déclassement

À Tourouvre, la majorité des maisons date de l'après-guerre et ne présente pas d'attrait particulier. "Il n'est pas normal qu'une seule personne puisse faire la pluie et le beau temps", estime au sujet de l'architecte des bâtiments de France, Guy Monhée, le maire de Tourouvre :

0:00
0:00

Le déclassement d'un bâtiment " Monument historique " doit passer par la Préfecture de région. Cette procédure est excessivement rare : depuis 1935, moins de 80 radiations ont été prononcées en France. La plus récente date de 2008.

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES

Lire 1 commentaire
  • Meurdrac dit:

    Le 08/03/2018 à 18h49

    L'architecte des Bâtiments de France est moins regardant à Caen : les horreurs dans le Bon Sauveur et la destruction de son Cloître en bois (un des rares dans le genre) et la cochonnerie du futur Centre Commercial, place de la République. Ca s'appelle "deux poids, deux mesures" !