Deuxième chance : des lycéens à l'école de l'industrie à Caen et au Havre

À Hérouville-Saint-Clair (Calvados), la Seconde structurante industrielle accueille une quinzaine de jeunes décrocheurs. Objectif : les remettre sur la route de l'école, et surtout de l'emploi. Une formation qui existe également au Havre (Seine-Maritime).

Deuxième chance : des lycéens à l'école de l'industrie à Caen et au Havre

En Seconde industrielle, les 14 élèves du cours Guillaume le Conquérant partage leur journée entre enseignements classiques et découverte professionnelle des métiers de l'industrie. © Cours Guillaume le Conquérant

Par Marie-Charlotte Nouvellon

Au cours Guillaume le Conquérant, classe installée dans les locaux du CFA Industrie à Hérouville-Saint-Clair (Calvados), les élèves de Seconde ont un emploi de temps un peu particulier. Le matin, ils suivent les classiques cours de français, d'anglais, ou de maths. Mais l'après-midi, direction les ateliers de l'établissement pour une session de découverte professionnelle. De la chaudronnerie à la soudure, en passante par la maintenance, l'usinage ou l'électrotechnique, ils découvrent les métiers de l'industrie et de la métallurgie en compagnie de professionnels.

Une exploration du monde de l'entreprise qui se concrétise également par deux stages de découverte au cours de l'année. En fin d'année, chacun effectue en plus un nouveau stage de trois semaines dans le domaine qui l'a le plus séduit, avec pour objectif de décrocher derrière un contrat d'apprentissage.

Une école de la deuxième chance

Cette formation expérimentale est, qui plus est, proposée aux jeunes décrocheurs, éloignés de l'école et encore plus de l'emploi. "L'an dernier, nous avions un jeune qui ne s'était pas assis en classe pendant trois ans, raconte Thomas Paulmier, le responsable de la formation. Il a fini par signer un contrat d'apprentissage chez Safran !" Pour remotiver ces jeunes, l'école s'inspire de la pédagogie de la fondation Espérance banlieues. "Ils portent, par exemple, tous un uniforme, un sweat au logo de la promo, qu'ils ont eux-mêmes dessiné, précise l'enseignant. L'idée c'est de leur montrer qu'ils sont tous pareil et tous responsables de l'image de leur classe… Les mêmes valeurs que celle d'une entreprise finalement !"

Le midi, profs et élèves déjeunent à la même table. Chaque semaine, la classe se réunit pour le lever des couleurs, l'occasion de récompenser les bonnes notes et efforts fournis par chacun. Au-delà des cours, les jeunes sont conseillés sur leur rythme de vie et surtout, ils apprennent à reprendre confiance en eux.

Financement. La formation est financée à la fois par la Région Normandie via l'apprentissage et fond A2I (Agir pour l'insertion dans l'industrie). Les frais de scolarités s'élèvent à 73/mois et par élève, avec des possibilités d'adaptation selon les moyens de chaque famille.

Pratique. Contact pour une candidature : Thomas Paulmier, 07 85 25 18 72

Galerie photos

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES