Formation : à Rouen, les Compagnons du devoir misent sur l'autonomie et la pratique

Dans le milieu de la formation professionnelle, le savoir-faire des Compagnons du devoir est reconnu dans le monde entier. À la maison de Rouen (Seine-Maritime), plus de 200 jeunes se forment à des métiers variés en accordant beaucoup de place à la pratique en entreprises ou en ateliers.

Formation : à Rouen, les Compagnons du devoir misent sur l'autonomie et la pratique

Même quand ils ne sont pas en entreprise, les apprentis compagnons de la maison de Mont-Saint-Aignan s'exercent régulièrement dans les mêmes conditions pour continuer leur progression.

Par Aurélien Delavaud

Rien ne vaut la pratique. C'est ainsi que l'on pourrait résumer les méthodes d'enseignement au sein des Compagnons du devoir. À la maison des Compagnons de Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime), se sont plus de 200 jeunes qui sont formés chaque année à des métiers manuels tels que la menuiserie ou la couverture. Et dès leur plus jeune âge, à partir de 15 ans, les jeunes apprentis sont habitués à évoluer en milieu professionnel.

De l'alternance dès l'adolescence

"Après la troisième, il y a déjà une alternance de six semaines en entreprise et deux semaines en formation. C'est plus que dans les filières classiques", précise Maxence Renault, le prévôt de la maison de Rouen. Lui-même compagnon menuisier et avec ce rôle de responsable du site, il est bien placé pour voir évoluer les jeunes qui s'y succèdent. "Apprendre un métier c'est comme le sport, la musique ou les jeux vidéo. Il faut de la pratique et y passer du temps avec plaisir pour mieux progresser."

C'est pour cette raison que les Compagnons s'intéressent autant à la motivation qu'aux résultats scolaires. "Il faut être très autonome. Il y a un fil conducteur à suivre mais le reste, il faut aller le chercher soi-même" dans des ateliers, le soir, quand les apprentis sont en formation, ou dans les entreprises dans lesquels ils passent.

Pour développer encore plus leur autonomie et confronter plusieurs méthodes et technique, les apprentis peuvent se lancer dans un tour de France en plusieurs années, après leur bac. "Cela permet d'apprendre au contact d'autres personnes. Et dès qu'on change de ville et d'entreprise, on apprend à s'adapter à la société et au contexte." Une aide forcément précieuse à l'heure de se fixer dans une entreprise.

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES