Lignes SNCF : la Région en appelle à la ministre, des élus demandent de passer à l'action

La situation sur les lignes Intercités de Normandie continue de faire réagir, du côté de la Région et des élus cette fois. Mardi 27 février 2018, Hervé Morin a écrit à la ministre des Transports, tandis qu'une trentaine d'élus normands demande à la Région de passer à l'action contre la SNCF pour se faire entendre.

Lignes SNCF : la Région en appelle à la ministre, des élus demandent de passer à l'action

Nicolas Mayer-Rossignol s'est fait le porte-voix des 32 élus normands qui ont signé un courrier commun demandant à la Région d'agir sur la situation des trains.

Par Amaury Tremblay

La pétition lancée par plusieurs associations d'usagers des lignes Intercités de Normandie a eu un premier effet. Mardi 27 février 2018, Hervé Morin, le président de la Région Normandie, a écrit à la ministre des Transports, Elisabeth Borne : "Le désarroi des usagers laisse désormais place à l'exaspération et à la colère", écrit-il.

    • Lire aussi : Trains en Normandie : une pétition pour un "service fiable et de qualité"

Surtout, Hervé Morin demande que "la SNCF propose la gratuité des abonnements de mars et avril pour compenser ceux de janvier et de février", tout en concédant que "cela ne règle rien" des problèmes actuels sur les lignes Intercités. "La situation est catastrophique et scandaleuse, l'État doit prendre ses responsabilités", ajoute, pour sa part, Jean-Baptiste Gastinne, vice-président au conseil régional en charge des transports.

Situation "inacceptable"

"Ça fait maintenant trois semaines que ça dure, poursuit Jean-Baptiste Gastinne. On pouvait le comprendre quand il y avait de la glace et de la neige, autant maintenant on ne peut plus accepter ça." Le vice-président demande des actions immédiates, notamment au niveau du technicentre de la SNCF à Clichy (Hauts-de-Seine) qui est chargé de la maintenance et de la préparation des trains. "Ce travail-là n'est pas fait dans des conditions normales et qui puissent garantir des conditions de voyage correctes pour les voyageurs normands", affirme Jean-Baptiste Gastinne alors qu'en moyenne, une centaine de trains normands passent en gare de Paris-Saint Lazare, pour un total d'un millier de trains par jour, la plupart étant des trains franciliens.

0:00
0:00

Dans le même temps, 32 élus normands ont cosigné une lettre, adressée au président de la région, Hervé Morin. Parmi les signataires, Frédéric Sanchez, le président de la métropole de Rouen (Seine-Maritime), Benoît Arrivé, le maire de Cherbourg-en-Cotentin (Manche) ou encore Nicolas Mayer-Rossignol, président du groupe socialiste au conseil régional.

Des sanctions financières

"Il faut avoir un rapport de force avec la SNCF", explique Nicolas Mayer-Rossignol. "Je rappelle que le conseil régional est client de la SNCF et qu'il paye au groupe ferroviaire plusieurs dizaines de millions d'euros par an." L'ancien président du conseil régional de Haute-Normandie dénonce, par ailleurs, les portiques, mis en place gare Saint-Lazare, comme "la seule action mise en place par la région en faveur du ferroviaire".

0:00
0:00

Dans la soirée, Hervé Morin a répondu au courrier de Nicolas Mayer-Rossignol en rappelant que le conseil régional avait acté le transfert de la maintenance des trains normands dans deux sites à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) et Caen (Calvados).

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES

Lire 2 commentaires
  • Philippe CLERIS dit:

    Le 01/03/2018 à 13h45

    Et pour être complet il faut rappeler que Nicolas Mayer Rossignol ET Nicolas Bay se sont farouchement opposés à Hervé Morin sur ce projet d'achat de 40 nouvelles rames Bombardier pour sauver les grandes lignes normandes d'ici 2020. Quand l'hôpital se fout de la charité...

  • Marommix dit:

    Le 01/03/2018 à 18h43

    Pour être vraiment complet, ce dont souffrent les usagers normands des TER, ce n'est pas de la qualité des rames, c'est de l'état des infrastructures qui ne permettent plus de maintenir la régularité ni même la rapidité, on n'arrive plus à égaler ce qui était la norme dans les années 70. Et sur ce dossier, m Morin n'a rien obtenu. Les usagers normands auront donc le plaisir de subir toujours les mêmes retards et temps de transports dans des voitures neuves...