En prison pour un conflit dans un kébab à Barentin

En prison pour un conflit dans un kébab à Barentin

Le prévenu avait déjà été condamné pour des faits similaires en 2017.

Le
Par : Patrick Joliff

Un prévenu s'est présenté, mercredi 7 février 2018, à la barre du tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) pour répondre des délits de dégradation, menaces de mort avec arme, rébellion et outrages à l'encontre de fonctionnaires de police, en état d'ivresse.

Un homme a été jugé, mercredi 7 février 2018, au tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) pour des faits remontant au vendredi 19 janvier 2018, à Barentin (Seine-Maritime). Sébastien Quertier, 29 ans, se trouve dans un kébab pour y dîner. De jeunes clients sont là et semblent se moquer de lui. Il leur jette son sandwich au visage et affiche un air menaçant au point que le gérant le tient en joue à l'aide d'un couteau. Ayant manifestement bu trop d'alcool, il est néanmoins conscient et décampe en oubliant sa sacoche.

Le gérant appelle les gendarmes qui repartent aussitôt, considérant le geste mineur. Puis le prévenu revient peu après pour récupérer sa sacoche, cette fois-ci armé d'un marteau. Le gérant se fait à nouveau menaçant tandis que le mis en cause dégrade vitrine et porte d'entrée à l'aide de son marteau. Les gendarmes sont appelés une nouvelle fois.

"Je n'ai fait que me défendre"

Interpellé manu militari selon ses dires, il se débat, insulte, mord et menace de mort les forces de l'ordre. "J'ai été menacé, je n'ai fait que me défendre", dit-il à la barre. Il reconnaît néanmoins que l'alcool a amplifié ses réactions. Amené au commissariat, il persiste à gesticuler et donner des coups de marteau dans le fourgon, dégradant ainsi le toit et les portières du véhicule. Il est alors placé en détention provisoire. L'ennui pour lui est qu'il a déjà été condamné pour des faits similaires le 24 juillet 2017. Il se trouve donc en état de récidive légale.

Pour le ministère public, "la récidive s'installe comme une norme chez le prévenu", mais sa défense retient que "devant les menaces, il est logique qu'il se soit défendu". Reconnu coupable des faits reprochés à l'audience, il est condamné à huit mois de prison ferme et le tribunal prononce son maintien en détention.


1234
Votez pour votre groupe préféré Papillons de Nuit
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques