Procès de Salah Abdeslam : "On ne peut pas le regarder dans les yeux"

Procès de Salah Abdeslam : "On ne peut pas le regarder dans les yeux"

Des policiers contrôlent les personnes qui arrivent au Palais de Justice de Bruxelles pour le procès de Salah Abdeslam, le 5 février 2018 © THIERRY ROGE [BELGA/AFP]

Le
Par : Maxence Gorréguès

Au lendemain du premier jour d'audience du seul terroriste rescapé des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Salah Abdeslam, jugé pour avoir participé à une fusillade en Belgique, Philippe Duperron, président de l'association de victimes 13onze15 et originaire de l'Orne, était l'invité de la matinale de Tendance Ouest, mardi 6 février 2018.

Le premier procès de Salah Abdeslam, seul assaillant rescapé des attentats de Paris du 13 novembre 2015, s'est ouvert lundi 5 février 2018 à Bruxelles. Au lendemain, Philippe Duperron qui a perdu son fils Thomas dans la folie meurtrière du Bataclan, et président de l'association d'aide aux victimes, 13onze15 était l'invité de la matinale de Tendance Ouest. Originaire d'Alençon dans l'Orne, il a tenu à être présent à l'audience.

Une journée difficile

Salah Abdeslam est jugé pour la fusillade qui a éclaté avec la police à la fin de sa cavale, suite aux attaques perpétrées à Paris. Il encourt 20 ans de prison, alors que l'audience a été suspendue jusqu'à jeudi. "C'est important d'y être car c'est la première occasion que nous avons d'être mis en présence de Salah Abdeslam. Une occasion pour voir l'attitude qu'il devait avoir devant la justice belge." Il est resté enfermé dans son silence, alors que pour les faits commis à Paris, il ne sera probablement jugé qu'en 2020. "Je ne suis ni surpris, ni déçu, car j'étais convaincu qu'il ne se mettrait pas à parler. Néanmoins il y a une forme de déception réelle car son procès a pour but de faire la lumière."

La journée a été "intense, difficile et fatigante", explique Philippe Duperron. "Au moment où il entre dans la salle d'audience, on pense beaucoup aux victimes. J'ai beaucoup pensé à Thomas. Il est face au tribunal. Il n'est pas sur le côté. On ne peut pas le regarder dans les yeux."

Salah Abdeslam a fait savoir mardi 6 février qu'il ne souhaitait plus comparaître à son procès.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques