Cancer : le sport comme un médicament à Caen

Cancer : le sport comme un médicament à Caen

Vincent Guerrier, en rémission d'un cancer, et son amie Léa Dall'aglio ont lancé le site Malades de sport pour informer patients, médecins et chercheurs sur les bienfaits sur sport pour les malades. © Emeric Gouëbault

Le
Par : Marie-Charlotte Nouvellon

À l'heure où le sport sur ordonnance est mis en place à Caen (Calvados), ils sont plusieurs à se bouger pour promouvoir l'activité physique comme un moyen d'améliorer la santé des patients atteints de cancer.

Atteint d'un cancer, c'est sur le terrain de sport que Vincent Guerrier a retrouvé un second souffle. Alors qu'il commence sa chimiothérapie en septembre 2016, ce jeune Caennais de 24 ans, grand amateur de vélo, décide de ne pas abandonner l'entraînement: progressivement, il reprend la course avec son amie, Léa Dall'aglio.

"C'est presque comme un médicament"

"Au fur et à mesure des séances, je me suis senti aller mieux, raconte-il. J'étais beaucoup plus en forme, je ne ressentais plus l'aspect gueule de bois de 3-4 jours que je connaissais après chaque chimio au début du traitement. À la fin, j'allais même courir le lendemain." Un moyen de se réapproprier son corps, mais aussi de ressortir de chez lui, de voir du monde. "C'est presque comme un médicament".

Cette expérience, Vincent et Léa, journalistes de formation, ont décidé de la partager. En septembre, ils lancent Malades de sport, un site Internet où ils publient témoignages de malades, interviews de médecin et de chercheurs… "Nous avions envie d'informer, de faire comprendre que cela fonctionne et pas seulement pour des personnes hors normes, des compétiteurs ou des grands sportifs", explique Léa.

Réduction des risques et des récidives

Car leur histoire, c'est aussi celle d'une grande inconnue. Quand Vincent évoque devant les médecins l'idée de courir un marathon malgré sa maladie, "ils ont surtout rigolé" se souvient-il. Difficile de trouver dans les couloirs de l'hôpital quelqu'un pour le renseigner précisément sur le sujet, la structure vers laquelle s'orienter (à Caen, on trouve notamment la Cami, Cap Sport ou encore l'IMAPAC). Pourtant, les bienfaits du sport sur les personnes atteintes d'un cancer sont prouvés.

"En prévention, une activité modérée et régulière diminue les risques de certains cancers, notamment ceux du colon, des poumons ou du sein de 20 à 40%, précise Alexandre Boudin, étudiant en Staps spécialisé dans le Sport et Santé et bénévole à la Ligue contre le cancer. Pendant le traitement, cela permet de réduire la concentration de certaines molécules et donc d'empêcher la tumeur de se développer. Et la fatigue qui suit l'exercice permet au patient, qui souffre d'une fatigue chronique liée au cancer, de mieux se reposer." Le sport permet aussi à terme de réduire les risques de récidives.

Une démocratisation progressive

Alexandre, qui prépare justement un mémoire sur les freins qui demeurent autour de ces pratiques sportives au sein du corps médical, l'assure: les choses évoluent doucement et l'équation cancer = repos total s'efface progressivement. Pour plus de pédagogie, il insiste: "plus que de sport, il faut parler d'activité physique. On ne travaille pas du tout dans un but de compétition mais on utilise une base sportive pour l'étendre à des choses simples. Cela peut être simplement de la marche ou même du jardinage."

A Caen, une nouvelle pratique devrait accélérer la promotion du sport et cancer. Avec la mise en place du sport sur ordonnance, patients, sportifs et médecins espèrent voir de plus en plus de malades se lancer dans une activité sportive.


1234
Votre pour les trophées du sport normand
Envoyez-nous votre plus belles photos de Noël
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques