Près de Caen, qu'est devenu le manoir occupé par les Allemands

Près de Caen, qu'est devenu le manoir occupé par les Allemands

Le manoir de Périers-sur-le-Dan est rarement ouvert au public © Tendance Ouest

Le
Par : Maxence Gorréguès

Il y a 72 ans, en juin 1944, le manoir de Périers-sur-le-Dan près de Caen (Calvados) était libéré de toute occupation allemande. La propriétaire des lieux, Marie-Louise Osmont, a longtemps conservé les traces écrites de cette période douloureuse.

Les propriétaires du manoir de Périers-sur-le-Dan, au nord de Caen (Calvados) sont entrés pour la première fois sur le domaine par… effraction. Profitant d'une fente dans l'un des murs qui encadrent alors les deux hectares de terrain, Daniel Ombredanne et sa femme pénètrent alors dans l'enceinte, équipés d'une simple lampe torche. "Nous cherchions une maison et nous avions vu un panneau qui indiquait que celle-ci était à vendre, se souvient cet exploitant agricole aujourd'hui à la retraite. C'était en 1984, quarante ans après la Libération qui a soufflé le toit de la maison mais qui n'a pas causé de dégâts majeurs sur la structure et les façades."

De la terre pour se protéger des balles

Lors de leur visite nocturne, personne n'habite ce vaste ensemble immobilier, à l'abandon depuis 1948. La terre ramenée par les Allemands sur l'arrière du manoir jusqu'à hauteur des fenêtres, pour les protéger des éclats de bombe ou des balles, était encore là. Elle a depuis été enlevée pour rendre à la demeure son charme d'antan.

"Il nous a alors fallu plus d'un an pour l'acheter car les héritiers qui la possédaient étaient mineurs", se souvient Daniel Ombredane qui y réside depuis. Construit vers 1750 par une famille de protestants, les Osmont, le manoir est resté leur jusqu'à ce jour d'août 40 quand six aviateurs allemands l'ont réquisitionné pour s'y installer. "Ils y ont alors trouvé Marie-Louise Osmont, veuve depuis plus d'une dizaine d'années", explique Jacques Le Carpentier, ancien maire de Périers-sur-le-Dan. Jusqu'à une soixantaine de soldats du Reich finiront par y habiter, mais Marie-Louise Osmont n'abandonne pas les lieux. "Avec sa domestique, Denise, il lui est même arrivé de se cacher sous l'escalier principal, dans une petite niche qu'elle avait aménagée avec des matelas."

"Marie-Louise Osmont était une femme avec son franc-parler", expose Annie Fettu qui a enregistré numériquement tous les manuscrits de cette ancienne infirmière, pour constituer un ouvrage publié le 1er juin et intitulé Journal de guerre d'une civile de Périers-sur-le-Dan. "Un jour elle est ainsi allée voir la Kommandantur à Caen pour se plaindre de dégradations dans sa maison. Une autre fois, elle a demandé qu’on retire un portrait d'Adolph Hitler. Une drôle de dame pour un endroit peu ordinaire !"

Pratique. Ce manoir est visible depuis la rue de l'Eglise à Périers-sur-le Dan, mais aucune visite n'est programmée pour le grand public. Une exception pourrait être faite lors de la prochaine journée du patrimoine.

Livre. Journal de guerre d'une civile de Périers-sur-le-Dan est disponible auprès de Jacques Le Carpentier : le-carpentier.jacques@wanadoo.fr.

Repères historiques
6 août 1940. Six aviateurs allemands prennent possession du manoir.
15 août 1940. Ils sont rejoints par 46 soldats issus de l'infanterie. Mais les habitants du manoir n'auront de cesse de changer pendant quatre ans.
1942 et 1943. Des unités allemandes en charge de tâches administratives occupent la maison.
6 juin 1944. Des soldats britanniques s'y installent. Ils en partiront définitivement à l'automne de la même année.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques