Tendance Ouest

"L’islamisme modéré n’existe pas" selon Vladimir Fédorovski

13h00 - 13 novembre 2012 - par J.R

Ancien diplomate,l’écrivain Vladimir Fédorovski connaît "la face cachée de l’Orient". Regard sans concession sur le développement de l’islamisme. Entretien.

Quelle distinction faites-vous entre islam et islamisme ?

"L’islam est une grande religion mais l’islamisme modéré n’existe pas. Le Coran est une religion de tolérance et d’équilibre mais l’islamisme est une manipulation de la religion à des fins politiques. S’il faut faire alliance avec la classe moyenne des pays arabes, il ne faut pas se faire d’illusions en essayant de s’associer à l’islamisme". 

Comment l’islamisme est-il appréhendé dans le monde ?

"Nous vivons une période de flou très dangereuse. Je constate un recul de l’analyse. On nous a promis la démocratie en Libye, on y constate la charia. On nous a promis la liberté en Egypte, les frères musulmans y ont pris le pouvoir. Idem demain en Tunisie et au Yémen. Autant de raisons qui nous obligent à rester très lucides et intransigeants sur les valeurs de l’Occident. Nous avons interdit les foulards islamiques dans les lieux publics mais les Jeux Olympiques les ont tolérés. Si je condamne avec fermeté les récentes caricatures de l’islam, les réactions extrêmes ayant provoqué des morts sont un signe de fanatisme inacceptable. L’islamisme agressif menace la paix dans le monde".

Quel est l’objectif de l’islamisme ?

"Le changement géopolitique dans le monde au détriment de l’Occident. Les racines de l’islamisme sont lointaines et nourrissent aujourd’hui de nombreux courants (salafisme, djihadisme, partis intégristes…). Quand on entre sur les sites web islamistes, on découvre leur projet : créer des califats “de l’Asie centrale jusqu’à Poitiers”. Les Russes sont très attentifs parce qu’ils savent que demain, le Caucase peut s’embraser. En Russie, chaque jour, des imams traditionnels sont tués par des radicaux".

Comment expliquez-vous la position russe sur le dossier syrien ?

"Il ne faut pas croire que la Russie a beaucoup de sympathie pour Assad à qui elle vend des armes. Je critique souvent Poutine mais sur la Syrie, il pose simplement une question : qui, après Assad ? Le djihadisme et son extrême violence sont en embuscade dans ce pays. Ces perspectives affolent la Russie mais aussi les chrétiens d’Orient".

Pourquoi dénoncez-vous l’angélisme de l’Occident ?

"L’Occident observe cela avec des lunettes roses. Il croit que l’islamisme peut évoluer, voire se transformer s’il accède au pouvoir, selon le message politiquement correct répandu aujourd’hui. Malheureusement, cette analyse, qui correspond à la vision américaine actuelle, n’est pas suffisamment stricte. Consulté par les Etats-Unis sur le sujet, j’ai expliqué que l’islamisme modéré auquel ils croient est un peu comme le bolchévisme modéré : cela n’existe pas. L’Amérique a déjà tenté des expériences comme l’utilisation de Ben Laden contre les Russes, cela a abouti au 11 septembre. Elle a essayé de miser sur la société civile libyenne, la mort de Kadhafi a enflammé le Maghreb et on observe la propagation d’une sorte de nouvel Afghanistan au cœur de l’Afrique du Nord. Sans compter les otages français, la circulation des armes partout et l’Iran qui prône la destruction d’Israël avec le danger de l’arme atomique… Si un jour Israël est attaqué, nous serons aux portes d’une guerre mondiale. Cette situation exige une extrême lucidité."

Que pensez-vous de l’intégration des musulmans en France ?

"C’est un grand raté. La gauche et la droite en portent la responsabilité depuis trente ans et la société française est en danger. On ne devrait pas mentir sur les chiffres mais regarder les réalités en face."

Pratique.L’islamisme va-t-il gagner ?”, Editions du Rocher, 21 €.

Partager l'article

3 commentaires

  1. 732
    13 novembre 2012 , 19:50

    Enfin! La presse oserait-elle enfin laisser les personnes lucides s'exprimer loin des petis jeux politiques des déjà trop nombreux dhimmis que compte notre pays!

  2. CAEN4
    14 novembre 2012 , 09:25

    Enfin quelqu"un de lucide et objectif

  3. paris75
    02 décembre 2012 , 20:33

    "L’islam est une grande religion mais l’islamisme modéré n’existe pas. Le Coran est une religion de tolérance et d’équilibre " Courageux, mais pas téméraire le Vladimir. On reconnaît la sagesse du diplomate... C'est l'Islam modéré qui n'existe pas, quant à l'islamisme ce n'est qu'un mot pour désigner le versant politique de l'Islam qui est de toute façon une doctrine où politique et religion sont inséparables, la première procédant de la seconde.

Commenter l'article