Accueil Actualités Prostitution, un réseau nigérian démantelé à Rouen et dans l'est


Prostitution, un réseau nigérian démantelé à Rouen et dans l'est


Publié le 24-06-2013 à 18:13:28 par AFP



Démantèlement d'un réseau de proxénètes nigérians sévissant à Rouen et dans l'est

0







Seize Nigérians ont été mis en examen pour traite des êtres humains après le démantèlement d'un réseau de proxénétisme sévissant dans la région de Rouen et Colmar, a-t-on appris lundi de source policière.

"Ce réseau exploitait quasiment toutes les prostituées nigérianes de Rouen et certains proxénètes s'étaient délocalisés à Strasbourg et Colmar", a relaté une source policière, en ajoutant : "On a identifié une vingtaine de victimes, mais c'est très difficile de toutes les repérer."

Après six mois d'enquête, la police française a interpellé dans le courant de la semaine dernière 15 personnes dans la région de Rouen et une à Colmar.
La police italienne a pour sa part arrêté une personne qui était partie en l'Italie la veille de l'opération.

"Elles ont toutes été mises en examen par un magistrat de la juridiction interrégionale de Lille pour traite des êtres humains en bande organisée et proxénétisme aggravé, et quinze ont été écrouées", selon cette source.

Parmi les personnes arrêtées, figuraient des "mamas", chargées d'héberger et de contrôler les prostituées, mais aussi des hommes employés à la collecte et au blanchiment de l'argent et des passeurs qui amenaient les femmes en France.

Les réseaux nigérians, qui ont sous leur coupe des centaines de prostituées de rue en France, se distinguent par une forte spécialisation des tâches :transfèrement des femmes, exploitation des victimes,  blanchiment de l'argent etc... 

Outre les violences physiques, ils soumettent également leurs victimes à un fort contrôle en s'appuyant sur le droit coutumier de leur pays, selon les associations d'aide aux prostitués et la police.  

La plupart des femmes, qui sont originaires de Benin-City (sud du Nigeria), s'engagent ainsi avant leur départ à rembourser une "dette de passage" de l'ordre de 50.000 euros, lors de cérémonies rituelles qui sacralisent leur engagement. En cas de non remboursement, les temples qui organisent les cérémonies, se chargent des représailles contre leurs proches.




0 REACTION








depeches normandie
  • ORNE
  • NORMANDIE
  • FRANCE

Suivez l'actualité
actualite caen calvados

actualite saint-lô manche

actualite cherbourg manche

actualite alencon orne

actualite rouen

A lire aussi
L'ACTUALITE DANS L'ORNE
13h00 - Redaction
Flash Orne
09h00 - Redaction
Flash Orne
Petite annonce gratuite en Normandie
Consultez la chaine actualité

Découvrez la boutique...