Barracuda, effectifs, plan de charge : le patron de DCNS fait le point

Barracuda, effectifs, plan de charge : le patron de DCNS fait le point

Stéphane Fauth devant le premier sous-marin Barracuda.

Le
Par :

Le directeur de DCNS-Cherbourg ouvre les portes des ateliers où se construisent les sous-marins nouvelle génération, les Barracuda. L'occasion de faire le point sur le conflit social en cours.

En 2007, DCNS-Cherbourg lançait officiellement la construction du premier sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) de nouvelle génération, le Suffren, de la série des Barracuda. Il doit être livré à la Marine Nationale fin 2017, après neuf mois d'essais en mer. Ce gros cylindre de 99,44 mètres de long et 8,80 mètres de circonférence sortira de l'atelier Laubeuf début 2016.

Conséquences de la LPM

Ce SNA est actuellement en phase d'intégration, la plus complexe selon Stéphane Fauth, directeur, car il s'agit d'intégrer dans la coque les équipements et systèmes construits à l'extérieur du bateau :

0:00
0:00

Trois sous-marins Barracuda sont actuellement en construction à Cherbourg, le quatrième est commandé, et il y en aura au total six. Chaque bateau demande environ six millions d'heures de travail. Le dernier devait être livré en 2027, mais la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 prévoit un étalement de la construction. Il sera donc livré en 2029.

Prime maintenue

Selon le directeur, cette LPM a conduit à des modifications d'organisation. Les ouvriers du chantier Legris qui travaillent sur les coques ne seront plus cet automne en horaires 2/8, mais en horaires classiques. La CGT dénonçait la semaine dernière la fin de la prime "promise à l'embauche" à ces ouvriers, en raison de leur travail décalé. Malgré tout, Stéphane Fauth propose de maintenir cette rémunération pendant deux ans :

0:00
0:00

DCNS-Cherbourg travaille aussi en collaboration avec l'Inde et le Brésil sur des sous-marins à propulsion classique, les Scorpène. 40 à 50 personnels cherbourgeois sont présents en Inde, à Bombay, où le premier Scorpène doit être livré mi-2016. Pour le Brésil, la livraison est fixée à début 2018. "Pour le moment nous ne construisons plus de Scorpène à Cherbourg, mais nous espérons obtenir d'autres contrats" précise Stéphane Fauth.

Autre activité pour DCNS Cherbourg : le démentèlement et la déconstruction de trois sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE). La déconstruction du premier devrait débuter en 2017.

700 sous-traitants

Stéphane Fauth a aussi tenu à apporter des rectifications concernant les effectifs. La CGT avait avancé le chiffre de 1400 ouvriers en 2004, 700 aujourd'hui. "Il faut rappeler que quand DCN est devenue DCNS, société droit privée détenue à majorité par l'Etat, environ 350 techniciens étaient désignés par l'appellation "ouvriers d'Etat". Ce qui explique qu'il ne soient plus qu'un millier en 2009, au début du chantier Barracuda" indique Stéphane Fauth. Le directeur précise aussi que le plan de charge a évolué :

0:00
0:00

Le patron affirme que sur 75 embauches, une cinquantaine d'ouvriers de production seront recrutés cette année, "pour remplacer ceux qui partent, notamment à la retraite". Par ailleurs, il indique que 700 sous-traitants travaillent sur le site cherbourgeois.

Galerie photos


1234
Je suis Normand Participez au concours jeune reporter et tentez de gagner des cadeaux !
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques
A l'antenne

La nuit avec