Calvados : le contrôle de police se termine au taser

Calvados : le contrôle de police se termine au taser

L'entrée du tribunal de grande instance de Caen (Calvados)

Le
Par : Joëlle Briant

À Caen (Calvados) dans la soirée du samedi 1er avril 2017 la police contrôle un véhicule en excès de vitesse mais les choses dérapent au point que les agents doivent utiliser leur taser. L'homme a été jugé le mercredi 6 septembre 2017 par le tribunal de grande instance de Caen pour rébellion et outrages envers des policiers.

Albin Ibebe âgé de 30 ans a comparu mercredi 6 septembre 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados). Il devait répondre de rébellion et d'outrages envers des personnes dépositaires de l'autorité publique le samedi 1er avril 2017 vers 22h.

Les policiers utilisent le taser

Vers 22h ce soir-là dans un quartier du sud de l'agglomération un véhicule roulant à vive allure attire l'attention d'une patrouille de police qui décide d'opérer un contrôle d'identité. Mais le conducteur n'est pas d'accord arguant qu'il n'a pas que ça à faire. Suite à quoi il devient insultant et agité. Pour le maîtriser les agents utilisent alors leur taser et menottent l'homme tombé au sol.

"Pour quelle raison j'insulterais la police ?"

À la barre le prévenu explique qu'il se rendait à l'hôpital pour voir son frère et était énervé. "Le contrôle m'a rendu chaud bouillant, mais pourquoi me mettre un coup de taser dans la cuisse, j'ai eu mal, je suis tombé, c'est pour ça que j'ai insulté, c'est par réaction. Pour quelle raison sinon j'irais insulter un policier ? En plus ils me demandent mes papiers mais ils me connaissent très bien."

"On n'utilise pas un taser sans raison"

L'avocat de la partie civile lui fait remarquer qu'il y a des dizaines de contrôles quotidiens sans interpellation et qu'on n'utilise pas un taser sans raison.

La procureure évoque une résistance très violente et rappelle que le casier judiciaire du prévenu témoigne de ce genre de faits. Elle requiert une peine de 2 mois fermes.

Albin Ibebe écope donc de 2 mois de prison ferme, possiblement aménageables et devra verser 600 euros à chacun des deux policiers en réparation de leur préjudice moral. S'y ajoutent 500 euros de frais de justice.


1234
Tendance Live Cherbourg
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques