Calvados : même incarcéré, il pourrit la vie de son ex-compagne

Calvados : même incarcéré, il pourrit la vie de son ex-compagne

L'une des salles d'audience du tribunal de grande instance de Caen (Calvados)

Le
Par : Joëlle Briant

Détenu depuis décembre 2016 à la maison d'arrêt de Caen (Calvados) pour violences conjugales un homme âgé de 25 ans poursuit son ex-compagne de ses menaces de mort et de sa haine et ce n'est pas l'incarcération qui l'arrête. Il a été jugé le mercredi 9 août 2017 par le tribunal de grande instance de Caen.

Mercredi 9 août 2017 le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) a jugé Jonathan Basnel pour menaces de mort et dégradation de bien appartenant à autrui en récidive (faits commis dans le quartier du Chemin vert, au nord de l'agglomération, du samedi 20 au lundi 29 mai 2017). Ayant refusé l'extraction qui lui permettait de comparaître à l'audience, l'homme a été jugé en son absence.

Prés de 5000 messages malveillants envoyés de la prison

De la maison d'arrêt, l'homme envoie des menaces de mort à son ex-compagne par portable et réseaux sociaux interposés. Sont décomptés plus de 4800 messages malveillants, contenant des menaces répétées et très claires. "Je sors, je te mets une balle !" Condamné à 8 mois ferme en décembre dernier pour violences envers la personne menacée, sa sortie est prévue dans moins d'un mois et la victime vit dans la peur. Ceci d'autant plus qu'elle a pour voisins des membres de la famille du prévenu qui n'ont pas hésité, sur ordre de ce dernier, à saccager son appartement.

"S'il ne la tue pas quelqu'un d'autre le fera"

L'avocate de la défense se montre particulièrement inquiète "Cette jeune femme est en danger et à bout. Il faut mettre un terme à tout cela car s'il ne la tue pas, quelqu'un de son entourage le fera. Il faut qu'il soit interdit de résidence au minima dans le quartier du Chemin vert voire sur l'agglomération entière, pour éviter le risque de rencontre fortuite dans la rue." Sont sollicités 1 500 euros de préjudice matériel pour la dégradation de l'appartement et 1 000 euros de préjudice moral.

Le ministère public requiert 18 mois dont 6 mois avec sursis.

La cour suit ce réquisitoire Jonathan Basnel écope donc d'un an de prison ferme assorti de 24 mois de mise à l'épreuve ce qui donnera à la victime le temps de quitter la région. S'y ajoute dés sa sortie une interdiction de contact et de port d'arme. Enfin il devra s'acquitter de 1 200 euros de préjudice matériel et de 800 euros de préjudice moral.  


1234
Guide de l'été
Je suis Normand
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques