Calvados Il violente sa compagne, sa belle-soeur et sa belle-mère

Calvados Il violente sa compagne, sa belle-soeur et sa belle-mère

Il était reproché au prévenu d'avoir craché sur un gendarme.

Le
Par : Joëlle Briant

Lors d'une violente dispute un homme s'en prend à sa compagne mais également à sa belle-mère et à sa belle-soeur présentes. Pour couronner le tout il ne va pas apprécier l'arrivée des forces de l'ordre. Pour ces faits qui se sont produits le mercredi 31 mai 2017 à Caen (Calvados) il a été jugé le mercredi 9 août 2017 par le tribunal de grande instance.

Mercredi 9 août 2017 un homme âgé de 24 ans a été jugé par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour violences envers trois personnes et outrage envers une autre dépositaire de l'autorité publique, ceci le mercredi 31 mai 2017 dans l'agglomération. Il ne s'est pas présenté à l'audience, invoquant son travail comme justification de son absence.

Il conteste avoir craché sur un brigadier de gendarmerie

Le couple vit dans un climat de conflit latent. Ce jour là une dispute dégénère et l'homme fait preuve de violence envers sa compagne ainsi qu'envers sa belle-mère et sa belle-soeur présentes et prenant part au différent. L'arrivée des gendarmes ne fait qu'accentuer l'état d'énervement de l'homme qui crache au visage d'un représentant des forces de l'ordre. Il reconnait avoir été violent envers ses proches "Je monte rapidement en pression" mais conteste les crachats envers le gendarme.

Violences réciproques

L'avocat de la défense parle de violences réciproques, le couple ayant un type de relation "je t'aime moi non plus" et vivant d'ailleurs toujours ensemble. Le casier judiciaire du prévenu est loin d'être vierge, il y figure bon nombre de délits routiers alcoolisés. Il a même été jugé en comparution immédiate bénéficiant à son issue d'une peine aménagée. "Mais aucune violence ne lui a été jusqu'à présent reprochée. Pour les faits d'outrages je sollicite la relaxe, la victime ne s'étant pas portée partie civile, il y a un doute quant à la véracité de ce délit."

L'homme écope de 4 mois de prison avec sursis sur les 6 mois requis par la procureure et de 24 mois de mise à l'épreuve.


1234
Guide de l'été
Je suis Normand
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques