L'Egérie dense, encombrante visiteuse végétale des canaux du Sud-Ouest

L'Egérie dense, encombrante visiteuse végétale des canaux du Sud-Ouest

"Les filaments de l'Egeria peuvent atteindre trois à quatre mètres", gémit Jean-Pierre Szpala, qui gère une halte nautique et de location de bateaux à Fourques-sur-Garonne (Lot-et-Garonne) © MEHDI FEDOUACH [AFP]

Le

Ses fines tiges flottantes aux feuilles vertes et sa petite fleur blanche donneraient presque un aspect bucolique à la navigation. Mais l'égérie dense (Egeria densa), algue bien connue des aquariophiles, devient un casse-tête croissant pour les plans d'eau et la plaisance sur les canaux de France, du Sud-Ouest en particulier.

Le scénario se répète plusieurs fois chaque été sur le canal latéral de Garonne, idyllique ruban reliant Castets-en-Dorthe (Gironde) à Toulouse (193 km) et, au-delà, ouvrant vers le Canal du Midi et la Méditerranée. L'hélice des bateaux se prend dans les algues qui s'enroulent. Le batelier-vacancier, instinctivement mais à tort, force en marche avant, le moteur surchauffe et c'est la panne.

"C'est que les filaments de l'Egeria peuvent atteindre trois à quatre mètres", gémit Jean-Pierre Szpala, qui gère une halte nautique et de location de bateaux à Fourques-sur-Garonne (Lot-et-Garonne) et doit régulièrement plonger pour débloquer des plaisanciers. Lesquels, via réseaux sociaux, se passent le mot sur ce désagrément végétal et finissent par dissuader les autres de naviguer...

Sur la partie lot-et-garonnaise, où l'Egeria est la plus dense, certains l'accusent déjà d'une baisse de fréquentation. A Meilhan-sur-Garonne, environ 200 bateaux se sont arrêtés en 2016, cent de moins qu'en 2008, estime Mike Ricketts, un expatrié britannique qui gère la capitainerie. "Les gens s'avertissent de la présence d'algues, et les bateaux ne vont plus aussi loin qu'avant dans le canal".

Elle n'est pas la seule plante exotique dont l'invasion pose problème (les jussies, le myriophille du Brésil, l'élodée crépue en sont d'autres), mais l'égérie, qui aime le soleil et les eaux "pépères", prolifère et préoccupe. Sur les plans d'eau de Bretagne, sur la rivière Vendée, et depuis six ou sept ans dans les canaux du sud-ouest, où elle remonte la Garonne chaque été un peu plus vers Toulouse.

L'algue réduit le débit et le niveau des eaux lorsqu'elle vient à former d'épais tapis, laissant un maigre chenal. "C'est préoccupant. Une forte contrainte, voire un risque de remise en cause de la navigation" qui concerne 2.000 à 2.500 bateaux par an sur le canal latéral, reconnaît-on aux Voies Navigables de France (VNF).

Venue des aquariums ?

Chaque année, VNF lance des campagnes de "faucardage". Un engin aux faux airs de moissonneuse-lieuse flottante, dont "une lame de fond vient cisailler l'herbe à sa racine", la récupère à la surface et la dépose sur la berge avant enlèvement. "Si on ne coupe que les tiges, l'algue repousse aussi vite".

D'où vient l'indésirable égérie ? D'Amérique du Sud à l'origine, mais plusieurs hypothèses coexistent, aucune prouvée à ce jour: passagère clandestine sur des coques de bateaux, ou plus probablement venue d'aquariums domestiques déversés dans les canaux par des particuliers, estiment des scientifiques. Car l'Egeria est considérée comme une plante idéale d'aquariophilie, à la fois adaptable et à croissance rapide...

Aux VNF, on confesse n'avoir "pas de solution miracle". Et aux plaisanciers et capitaineries qui réclament davantage de faucardage, on répond que VNF ne peut dépenser plus pour ce type d'opération: "Il faudrait davantage d'argent pour engager des moyens de lutte à l'échelle du phénomène". En ex-Aquitaine, les campagnes de faucardage ont coûté 72.000 euros en 2016, pour 1.000 tonnes d'Egeria enlevées.

Des solutions chimiques qui "tueraient tout, faune et flore" sont évidemment proscrites, souligne Jacques Noisette, responsable de communication à VNF. Certains ont bien envisagé les massives carpes d'amour, poisson friand de l'Egeria, mais glouton "au point de bouffer tout, et menacer le biotope nécessaire à d'autres espèces" du canal.

Les pêcheurs et "les anciens éclusiers disent qu'avant, avec le commerce fluvial, on n'était pas emmerdés avec les algues. Les péniches chargées à 200-230 tonnes +touchaient le fond+, rabotaient et curaient" les canaux, raconte M. Szpala.

Difficile d'en être sûr, car l'Egeria n'était pas encore présente dans les années 90, aux derniers jours des péniches commerciales en Aquitaine, réplique-t-on aux VNF.

Galerie photos


1234
Guide de l'été
Je suis Normand
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques