Normandie : le Chene, le Centre de sauvegarde de la faune sauvage en difficulté

Normandie : le Chene, le Centre de sauvegarde de la faune sauvage en difficulté

Didier Feray, le président du Chene, souhaite que son association soit reconnue d'utilité publique

Le
Par : Gilles Anthoine

Le Centre de sauvegarde des animaux sauvage (Chene) est en difficulté. Un centre connu notamment pour sauver les phoques blessés ou abandonnés le long de notre littoral. Le Chene est basé Allouville-Bellefosse (près d'Yvetot en Seine-Maritime), mais intervient sur l'ensemble de la Normandie. Le statut d'association d'utilité publique vient de lui être refusé.

Cela fait 37 ans que l'association Chene existe. Un centre de sauvegarde des animaux sauvage reconnu dans toute la région Normandie. 1 600 animaux blessés ou abandonnés sont recueillis dans ses locaux à Allouville-Bellefosse (près d'Yvetot en Seine-Maritime) tous les ans. Un nombre qui ne cesse de croitre. Pour assurer son développement, l'association a demandé son statut d'association d'utilisé publique. Une demande rejetée par les services du ministère de l'intérieur, début juillet 2017.

Le statut d'utilité publique : un atout pour le développement du Chene

Pour Chene ce n'est pas la survie de l'association qui est en jeu, mais son développement. Le centre doit accueillir de plus en plus d'animaux, notamment depuis la fermeture de l'association Picardie Nature qui gérait les phoques de la baie de Somme. Chene souhaite également agrandir son musée pour assumer pleinement sa deuxième mission : la pédagogie et l'éducation.

Un budget en déficit

Les autorités invoquent une trésorerie trop faible et l'adhésion à France Nature Environnement, association déjà reconnue d'utilité publique. Didier Féray, le président du Chene trouve la décision injuste. Les enjeux sont importants pour lui. Le statut d'utilité publique lui permettrait d'attirer des sponsors privés. Il n'y en a pour l'heure qu'un seul (Exxon Mobil). L'association vit de subventions de la région Normandie, du Département de Seine-Maritime et du Calvados ainsi que de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement. Le reste du budget de 380 000 euros annuel est financé par la cotisation des adhérents, des dons, des legs et la recette du musée.

Le Chene en appel à Edouard Philippe

Didier Féray a décidé d'envoyer un courrier à Edouard Philippe, le Premier ministre, Gérard Colomb, le ministre de l'intérieur et Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique. Il leur demande que le dossier pour l'obtention du statut d'utilité publique soit réexaminé. Dans ses démarches, Didier Féray a pourtant reçu l'appui de la Préfecture de Seine-Maritime et le soutient de Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime, vice-président de la Commission développement durable et de l'aménagement du territoire à l'Assemblée Nationale.

 

    • Pour mieux connaitre le fonctionnement du Chene , écoutez ce reportage Tendance Ouest :

L'association Chene est toujours à la recherche de bénévoles. Son musée de la nature est ouvert tous les jours de 14h à 18h, à Allouville-Bellefosse.

Galerie photos


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques