Père Jacques Hamel : Où en est le procès en béatification ?

Père Jacques Hamel : Où en est le procès en béatification ?

C'est dans cette église de Saint-Étienne-du-Rouvray que le père Hamel a été assassiné, le 26 juillet 2016. © Tendance Ouest

Le
Par : Pierre Durand-Gratian

Il y a un an, le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel était assassiné dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) par deux jeunes qui se revendiquaient du groupe État islamique. Depuis, son procès en béatification a été lancé. Une démarche longue pour être considéré comme "bienheureux".

"Le père Jacques Hamel est présumé martyre en haine de la foi", explique le père Paul Vigouroux. C'est lui qui a été chargé par l'archevêque de Rouen (Seine-Maritime), Dominique Lebrun, d'être le postulateur de la cause de béatification de l'abbé Jacques Hamel. En clair, il instruit l'étape diocésaine de sa possible béatification.

"Nous sommes chargés de vérifier, auprès des témoins de l'attentat, qu'il a bien été assassiné en haine de la foi chrétienne. Nous devons aussi savoir comment le père Hamel a réagi à l'attaque, s'il a bien répondu à la haine par l'amour, s'il a offert sa vie". Il pourrait ainsi être officiellement considéré comme martyre par l'Église.

Une étude de la vie du père Hamel

Mais le procès en béatification va au-delà de l'instant de la mort du père Hamel. "On regarde aussi sa vie. Est-ce qu'elle est marquée par les vertus chrétiennes, foi, espérance, charité. Est-ce que sa vie était généreuse, donnée, offerte", précise le père Vigouroux.

Et pour ce faire, là aussi, des témoins doivent être auditionnés: des compagnons de vie, des camarades de séminaires, certains de ses paroissiens. "L'instruction est tenue par un certain secret, pour que tout puisse se passer sereinement". Une centaine de questions sont posées sur sa vie, son enfance, son adolescence, puis son ministère dans différentes paroisses. "Ce ne sont pas des grandes théories. Nous cherchons à savoir si le père Hamel était à l'écoute des autres, s'il savait accueillir dans son presbytère."

Des démarches longues

En principe, il faut attendre cinq ans après la mort d'un homme pour entamer les démarches qui peuvent mener à sa béatification. Un délai qui a été exceptionnellement annulé par le Pape lui-même, dans le cas du père Hamel. Malgré cela, la route reste longue.

La première phase diocésaine se poursuit. Elle consiste en l'audition d'au moins 70 témoins, certainement un peu plus, et ne devrait pas prendre fin avant le premier trimestre 2019. Ensuite, le dossier sera emmené à Rome. "Et là, je ne sais pas combien de temps la deuxième phase peut durer", avoue le père Vigouroux. Probablement plusieurs années, même s'il semblerait que le Vatican soit enclin à une certaine célérité dans le cas du père Hamel.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques