Nucléaire : Nicolas Hulot veut fermer des réacteurs, les opposants en Normandie prudents

Nucléaire : Nicolas Hulot veut fermer des réacteurs, les opposants en Normandie prudents

En octobre 2016, des militants avaient manifesté à Flamanville (Manche) contre le réacteur en construction, l'EPR. Lundi 10 juillet 2017; Nicolas Hulot a annoncé la fermeture de réacteurs, peut-être 17; d'ici 2025.

Le
Par : Célia Caradec

Les opposants au nucléaire se montrent satisfaits mais très prudents, après l'annonce faite lundi 10 juillet 2017 par Nicolas Hulot. Le ministre de la Transition écologique envisage de fermer "jusqu'à 17 réacteurs" nucléaires à l'horizon 2025. La Normandie en compte huit, à Flamanville (Manche), Penly et Paluel (Seine-Maritime).

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, s'est engagé lundi 10 juillet 2017 à fermer des réacteurs nucléaires, "peut-être jusqu'à 17", pour respecter la loi sur la transition énergétique. Elle vise en effet à ramener à 50% la part de l'atome dans la production d'électricité en France, à l'horizon 2025. La Normandie compte huit réacteurs nucléaires, à Penly, Paluel (Seine-Maritime) et Flamanville (Manche). C'est aussi sur ce dernier site qu'un neuvième est en construction, l'EPR.

"D'abord, arrêter l'EPR de Flamanville"

Une annonce qui aurait de quoi réjouir les opposants à l'énergie nucléaire. Néanmoins, Didier Anger, président du Crilan et farouche opposant du secteur de Flamanville, dans la Manche, reste prudent. "La fermeture imprécise dans le temps de 17 réacteurs serait-elle compensée par le remplacement d'autres réacteurs nucléaires appelés EPR NM (nouveau modèle low coast) ?" s'interroge le militant. "En l'état, le flou des annonces n'empêche pas les risques majeurs du nucléaire vieillissant et nouveau, comme ceux liés à la cuve de l'EPR de Flamanville que le pouvoir s'apprête à mettre en marche coûte que coûte… La première mesure significative serait de l'arrêter !"

"Une feuille de route chiffrée"

La question de l'EPR de Flamanville est aussi évoquée par France Nature Environnement (FNE), selon qui il faut "délier" son démarrage à l'arrêt de la centrale de Fessenheim en Alsace. L'association reconnaît que l'annonce de Nicolas Hulot est "une avancée sérieuse" mais demande au gouvernement "une feuille de route claire et chiffrée". Selon elle, il faudrait fermer une vingtaine de réacteurs d'ici 2025.

Pour Cyrille Cormier de Greenpeace, le ministre s'apprête à faire face aux lobbies du secteur.


1234
Tendance Live Le Havre
Guide de l'été
Examen : consultez les résultats
Je suis Normand
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques
A l'antenne

La nuit avec