À l'hôpital de Bayeux, elle vole dans les sacs à main de ses collègues

À l'hôpital de Bayeux, elle vole dans les sacs à main de ses collègues

La prévenue avait pris l'habitude de dérober argent et cigarettes dans les sacs à main de ses collègues à Bayeux

Le
Par :

Durant neuf mois, une employée de la maison de retraite de l'hôpital de Bayeux (Calvados) fouille dans les sacs à main de ses collègues afin d'y prélever de petites sommes d'argent. Elle a comparu pour répondre de ces vols le mercredi 19 avril 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados).

Une jeune femme âgée de 24 ans a été jugée pour vols par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) mercredi 19 avril 2017. Les faits se sont produits à la maison de retraite de l'hôpital de Bayeux (Calvados) de décembre 2014 à août 2015.

Prise la main dans "le sac"

Au sein de cette équipe, durant un bon nombre de mois, de l'argent disparaît des sacs à main du personnel, au point de plomber l'ambiance, y créant un climat de suspicion. Au total elle subtilise plus de 100 euros.

Au fil du temps, les employées remarquent que lorsque la jeune femme ne travaille pas, il n'y a pas de vols. Alors, elles disposent leurs téléphones portables dans les vestiaires avec leur vidéo allumée. C'est ainsi que la voleuse est prise la main dans le...sac !

Elle a du mal à reconnaître les faits

Malgré les preuves la jeune femme a bien du mal à reconnaître les faits, parlant de "pression de la police". Puis elle finit par avouer : "j'ai commencé à prendre très peu, un euro... Et puis cinq... C'était pour acheter à manger. Pour les cigarettes, j'en prenais une ou deux, jamais un paquet entier."

Vols minables

Le procureur qualifie ces délits de vols minables qui ont occasionné une mauvaise ambiance et sont donc moralement répréhensibles. "Au final votre CDD n'a pas été renouvelé, ce qui dénote un comportement d'une grande bêtise. De plus, faites attention car vous êtes la compagne d'un toxicomane notoire que nous connaissons bien." Une peine de travaux d'intérêt général est requise ainsi que les remboursements des sommes dérobées.

Effectivement l'avocat de la défense corrobore que son ami est dans un contexte de dépendance aux stupéfiants, ce qui fait de celle-ci une victime collatérale." Même avec son travail, il ne restait pas beaucoup d'argent dans le foyer."

La présidente décidera de la peine le mercredi 24 mai prochain. La prévenue devant avoir, à cette date, indemnisé les victimes et en fournir les justificatifs.


1234
Participez au concours jeune reporter et tentez de gagner des cadeaux !
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques
A l'antenne

Just Hits avec Fred