Calvados Conduisant en état d'ébriété avancée il refuse l'éthylomètre

Calvados Conduisant en état d'ébriété avancée il refuse l'éthylomètre

Contrôlé en état d'ébriété avancée il refuse l'ethylomètre

Le
Par :

Dans la nuit du vendredi 2 décembre 2016, un homme est contrôlé en état d'ébriété au volant de son véhicule à Sannerville, à l'est de Caen (Calvados). Amené à la gendarmerie il refuse avec véhémence de se soumettre à l'éthylomètre. Il a comparu pour ces raisons devant le tribunal de grande instance de Caen le mercredi 5 avril 2017.

Un homme âgé de 37 ans a été jugé le mercredi 5 avril 2017 par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour conduite alcoolisée en récidive et refus de se soumettre aux vérifications tendant à établir un état alcoolique, ceci à Sannerville, à l'est de l'agglomération le vendredi 2 décembre 2016 à 1 heure du matin.

Contrôlé à une dizaine de mètres de chez lui

Après un entraînement de foot, les joueurs passent la soirée à boire de la bière. Regagnant son domicile après minuit, l'un d'eux est contrôlé au volant de sa voiture. Il sent l'alcool, son élocution est pâteuse et il reconnaît avoir bu. A la brigade, il refuse catégoriquement de souffler dans l'éthylomètre. "J'étais soigné pour déprime depuis que ma compagne m'avait quitté. Ce jour-là je n'avais pas pris mon traitement. J'ai été contrôlé à une dizaine de mètres de chez moi, les gendarmes ne m'ont pas permis d'aller le prendre." En 2014 il avait déjà été jugé pour conduite sous l'emprise de l'alcool.

Menotté au sol

Il explique avoir refusé de souffler car cela se passait mal avec les gendarmes "Ils m'ont énervé, m'ont attrapé et menotté au sol."

Le procureur rappelle que l'état d'ivresse du prévenu était extrêmement avancé et qu'il avait du mal à tenir debout. "On peut se réjouir qu'il n'ait pas pris ses médicaments qui sont incompatibles avec l'alcool, car déjà opposant et arrogant, où serait-on arrivé ?"

Comportement inhérent à l'alcool ou au manque de traitement ?

L'avocat de la défense rappelle qu'au début il n'y a pas de rébellion, que l'homme accepte de suivre les gendarmes. "Son comportement est-il inhérent à la prise d'alcool ou au manque de traitement ? Ce n'est pas habituellement quelqu'un de rebelle et je sollicite la relaxe quant au refus de se soumettre au test."

Cette infraction n'est donc pas retenue. Pour le reste il écope de 3 mois de prison avec sursis assortis de 24 mois de mise à l'épreuve, d'une obligation de soins et de travail.


1234
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Examen : consultez les résultats
Gagnez Le Petit Futé Rouen
Je suis Normand
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques
A l'antenne

Just Hits avec Fred