Rouen : Léopold Legois veut faire renaître le métier oublié d'affûteur

Rouen : Léopold Legois veut faire renaître le métier oublié d'affûteur

Pour revaloriser le métier d'affûteur, Léopold Legois joue les intermédiaires entre un professionnel et les clients rouennais.

Le
Par : Marie-Charlotte Nouvellon

Avec sa petite entreprise Afuttoo, Léopold Legois veut remettre au goût du jour un métier oublié, celui d'affûteur. Depuis plus d'un an, il parcourt les rues de Rouen (Seine-Maritime) pour présenter ce métier d'art.

C'est un peu un trésor oublié qu'a découvert Léopold Legois. Alors qu'il est encore en alternance chez un menuisier, il fait la rencontre de Luc Langlois, un artisan de Malaunay venant d'acquérir d'anciennes machines d'affûteur, vieilles de plusieurs dizaines d'années.

De cette rencontre naît l'entreprise Affutoo, en mai 2015. "L'idée était de lui permettre de reprendre l'activité, de trouver comment réparer et utiliser ce patrimoine", précise Léopold Legois. Pour remplir le carnet d'adresses de l'artisan, le jeune homme part donc démarcher menuisiers, coiffeurs, jardiniers ou cuisiniers qui pourraient avoir recours à leur service.

Un métier d'art qui disparaît

"Ce qui me tient à coeur dans ce projet, c'est de valoriser un métier d'art qui disparaît, explique-t-il. Dans la région, il ne reste que trois vrais affûteurs, et seulement une quinzaine en France". Par vrais affûteurs, entendez les artisans capables de travailler sur tout type d'outil, en dehors de l'affûtage de couteau à meule à eau que l'on peut trouver sur les marchés.

"Beaucoup de clients m'expliquent qu'ils sont parfois obligés d'envoyer leur matériel dans le centre de la France ou directement chez le fournisseur pour le faire entretenir", raconte Léopold Legois. Une démarche coûteuse, qui les prive de leurs outils de travail pendant plusieurs semaines.

Proposer autre chose que "d'acheter/jeter"

Pour finir de les convaincre, le jeune entrepreneur fait la collecte à domicile. "En bus, à pied, j'essaie de faire les trajets de façon la plus écologique possible, précise-t-il. Plus tard, j'espère acheter un tripoteur électrique".

Car Léopold Legois place également sa démarche dans une logique écologique. "L'idée est aussi de valoriser le matériel de qualité, français et européen. Surtout, je voudrais que les gens n'aient pas à racheter leur matériel tous les trois ou six mois et puissent le garder cinq ans. On peut faire autre chose que d'acheter puis jeter".

Pratique. Points de collecte à Rouen au Café couture, 7 rue Alsace Lorraine, et à Cittémômes, 11 Rue du Moulinet. Infos sur contact@affutoo.com


1234
Tendance Live Cherbourg
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques