Saint-Lo, 7 °C / 13 °C

L'entrée du tribunal de grande instance de Caen (Calvados) où a été jugée l'homme qui s'est tranché les veines devant sa compagne enceinte. - Joëlle Briant

Le 30 novembre 2016 à 18:50
Par : Joëlle Briant

Un quadragénaire, domicilié à Saint-Georges-d'Aunay, au sud-ouest de Caen (Calvados) a comparu mardi 29 novembre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen pour détention non autorisée de onze fusils.

Le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) a jugé un homme âgé de 42 ans, mardi 29 novembre 2016. Il lui est reproché la détention illégale d'armes à feu à son domicile de Saint-Georges-d'Aunay, au sud-ouest de Caen.

Violence intra-familiale

Vers minuit, le lundi 7 juillet 2015, l'homme fait une scène à sa femme enceinte, pensant que celle-ci veut le quitter. Il attrape un couteau de cuisine et se tranche les veines. Sa compagne tente de le soigner mais devant l'aspect de la blessure décide d'appeler les pompiers. Tandis qu'elle téléphone, l'individu se saisit d'un fusil et en pointe le canon sous son menton. Puis, il tire une balle en l'air.

Onze fusils trouvés au domicile

À l'arrivée des gendarmes, alertés par le coup de feu, l'homme a eu le temps de dissimuler le fusil qui est retrouvé dans un buisson. D'autres sont cachés au-dessus d'un meuble. En tout onze armes à feu sont répertoriées : 22 long rifle automatique, fusils de chasse soumis à une déclaration.

Sa femme explique qu'à l'époque son compagnon était dépressif et jaloux, mais n'a jamais été violent envers elle. Elle reconnaît cependant avoir été paniquée ce soir-là, d'autant plus que leur fils de 9 ans assistait à la scène.

La passion des armes

Le prévenu raconte : "Je suis chasseur. Je collectionne les armes depuis mon adolescence, sans en avoir forcément l'utilité, certaines ne marchent pas. Mais c'est ma passion. Si je n'avais pas pété un câble, on n'aurait jamais su que je possédais tant d'armes non déclarées."

La procureure requiert la suspension du permis de chasse durant deux ans. Le président fait remarquer que tirer en l'air est un acte irresponsable. Au final, il est condamné à 500 euros d'amende et à la suspension de son permis de chasse durant 2 ans. Les onze armes sont évidemment confisquées.  


Réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir

12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques

Génération tendance avec Mickaël et Morgan